Neuroland-Art

Accueil  Téléchargements     
La jeune fille aveugle de John Everett Millais

millais_blind.jpg

John Everett Millais (1829-1896) La jeune fille aveugle (1854-6)

    Millais est élu en 1853 membre associé de la Société Royale (dont il finira président), épouse la femme de Ruskin alors qu’il achève The Blind Girl, la Fille aveugle (1854-6) pendant que Hunt voyage en Palestine et produit la première version de The Scapegoat, le Bouc émissaire (1854-5).

    Une jeune fille aveugle, vétue pauvrement, est assise sur un talus bordant un chemin tracé au travers de prairies pentues ; ses cheveux roux sont recouverts d’un châle semblable à un voile de Madone ou de Véronique; sa main droite saisit la tige d’une fleur des champs; sur sa jupe rapiécée, un petit accordéon permet d’imaginer qu’elle gagne sa subsistance en sollicitant la charité des passants ; elle est accompagnée d’une fillette qui se tourne vers l’horizon haut situé, contemplant un double arc-en-ciel jailli du sommet de la colline coiffée de maisonnettes et de bosquets. La jeune aveugle ne peut voir l’arc-en-ciel ; du soleil elle ne perçoit que la chaude caresse sur son visage qu’elle expose, les paupières closes sur ses yeux morts.

Millais_John_Ruskin_1854.jpg
   
John Everett Millais (1829-1896) John Ruskin (1854)

    Ruskin avait convaincu Millais, son protégé, de le rejoindre alors qu’il entreprenait un voyage en Ecosse en 1853 en compagnie de son épouse Euphemia que l’on appelait Effie, qui tomba amoureuse du protégé de son époux… le mariage des Ruskin fut annulé pour le motif de non-consommation ; Millais épousa Effie en 1855.

    La Fille aveugle commencée à l’automne 1854 fut achevée deux années plus tard et exposée en 1857, couronnée par l’académie de Liverpool qui attribua son prix annuel à Millais : l’on raconte qu’à la veille de l’inauguration, un de ses familiers possédant quelques connaissances en matière de météorologie fit remarquer au peintre que les couleurs du second arc n’étaient pas conformes à l’observation, reproduisant le premier alors qu’elles devaient en être le reflet inversé ; à la hâte Millais dû rectifier son travail avant l’inauguration. La moindre brillance du second arc est cependant respectée. Que l’infortuné Harry Fenn n’eut-il pas donné pour avoir à ses côtés un ami suffisamment instruit pour rectifier à temps le second arc hérétique qui surplombe ses Chutes du Niagara !

    La composition de la Fille aveugle a été rapprochée d’une illustration gravée d’Otto Vaenius, ou van Veen, (1556-1629), l’un des maîtres de Rubens, qui vers la fin de sa vie produisit des recueils d’emblêmes, en particulier Amoris divini emblemata, publié en 1615, qui met en scène l’amour divin sous les traits d’une sorte de Cupidon ailé et auréolé ; la gravure dont il est question est intitulée Superna respicit, réunissant les symboles du soleil, de la fleur du Tournesol, classée par Santiago Sebastian dans le groupe des emblêmes de la "unitive life". Le but de la manœuvre est d’illustrer les concepts d’unité et d’ubiquité de l’amour divin et de l’âme, un garçonnet figurant le premier, une fillette la seconde.

vaeniussupernarespicit.png

Otto van Veen, dit Vaenius (1556-1629) Superna respicit,

l’Heliotrope par nature
Au soleil se tourne tousiour,
Et c’est ce qu’en ceste figure
Enseigne à nostre ame l’Amour.
Car puis qu’vne fleur insensible
Se regle selon son Autheur;
Helas! sera-il bien poßible,
Que nous ne suiuions Dieu du cœur?


    Ford Madox Brown considérait la Fille aveugle comme « un tableau religieux et glorieux», avis partagé par Dante Gabriel Rossetti pour lequel c’était « l’une des choses les plus émouvantes et parfaites » qu’il connaissait. Pour Ruskin, partisan de Millais de la première heure, « le décor est un assez vaste morceau de paturage déchiqueté, ragged, et au bord d’un chemin passant la jeune fille aveugle est assise afin de se reposer. C’est une simple mendiante, ni poétique ni vicieuse, se reposant simplement, non tant qu’elle soit fatiguée mais parce que le soleil est réapparu après une averse, et que l’odeur de l’herbe est agréable. »

    Si la filiation de la Fille Aveugle et de Superna respicit peut-être discutée, elle ne saurait être contredite à propos du tableau de Mary Young Hunter, The Bow in the Cloud présenté à la Royal Academy en 1906. Très probablement Mary Young Hunter connaissait l’œuvre de Millais au travers de l’exposition qui avait eu lieu en 1898 rassemblant les œuvres des préraphaélites ( la Royal Academy Winter Exhibition ) ; en outre elle aurait pu s’inspirer d’une photographie de la Fille aveugle pendant qu’elle peignait sa propre toile : la composition est inversée, en miroir, mais les deux personnages assis sur un talus, l’arc-en-ciel, le paysage en pente ascendante et les quelques maisons à l’horizon, les proportions mêmes des personnages et la position des repères principaux en particulier de la ligne d’horizon font du second un plagiat obvie du premier. 

Hunterbowcloud.png

Mary Young Hunter, The Bow in the Cloud exposé à la Royal Academy en 1906




Date de création : 17/06/2008 : 19:10
Dernière modification : 12/07/2008 : 03:18
Catégorie : notre arc-en-ciel quotidien
Page lue 7603 fois

up Haut up


Site propulsé par GuppY - © 2004-2007 - Licence Libre CeCILL