Neuroland-Art

Accueil  Téléchargements     
Pourquoi est-il si difficile de faire des enfants ( en peinture )

La Rubrique néo-natalogique
de Klou de Montsercueil

Pourquoi est-il si difficile de faire des enfants ( en peinture ) ?


braysalomondejumeaux.jpg

Salomon de Bray Les Jumeaux

braysalomondejumeauxdetail.jpg

Salomon de Bray Les Jumeaux détail


    Il est beaucoup plus facile de rater le portrait d'un enfant que de le réussir. Nous voulons dire par là que l'on se demande comment tant de compositions monstrueuses ont pu être acceptées par les parents commanditaires et ainsi nous parvenir au lieu de finir au rebut.

    Nous n'avons rien contre les portraits de bambins affreux : il y en a plein les rues, et rien de moins choquant sur le plan de l'art pictural que ce visage pourtant prometteur de cauchemars à qui l'a rencontré un soir d'hiver dans les galeries des Musées Royaux de Belgique, à Bruxelles :


jordaenssatyrepaysanenfanthorrible.jpg

Jacob Jordaens, détail du Satyre et le paysan, Musées Royaux de Belgique, Bruxelles

    On pourrait croire qu'il s'agit d'une erreur en passant, d'une rature négligée, mais non : les faits sont là, tétus, et l'adoration des bergers du même Jacob Jordaens autorise deux hypothèses au moins : soit Jacob Jordaens n'avait qu'un seul enfant sous la main, toujours le même de tableau en tableau ; soit tous les enfants de l'entourage du peintre étaient hideux.

jordaensadorationbergers.jpg

Jacob Jordaens, l'adoration des bergers, Pinacothèque nationale, Athènes

jordaensadorationbergersenfant.jpg

Jacob Jordaens, l'adoration des bergers, Pinacothèque nationale, Athènes, détail

    En faveur de la première hypothèse, cette observation de ce que pourrait être devenu le premier nourrisson :

jordaenslefilsprodiguedetailenfant.jpg

Jacob Jordaens le retour du fils prodigue détail Musée des Beaux-Arts de Lille

   Nous sentons poindre une nouvelle objection : et si tout simplement Jacob Jordaens, et avec lui Salomon de Bray, n'étaient que les quelques contre-exemples de peintres incapables de réussir le portrait d'un enfant, opposés à l'essentiel, méritant, de ce respectable corps de métier ? Ou si l'on avait simplement perdu le coup de main, avec le temps, comme une vieille recette oubliée ?

     Remontons dans le temps : il existe un peintre dont les enfants sont reconnaissables entre tous. Une fois que l'on en a vu un, on les a tous vus :

andreadelsartomariagemystiquedetail4.jpg

andreadelsartomariagemystiquedetail2.jpg

andreadelsartomariagemystiquedetail6.jpg

andreadelsartomariagemystiquedetail5.jpg

andreadelsartomariagemystiquedetail3.jpg

andreadelsartomariagemystiquedetail7.jpg

Andrea del Sarto (Florence 1486-1530) Le mariage mystique de Sainte Catherine
Gemäldegalerie Alte Meister Dresden


    Ne sont ils pas plus vilains les uns que les autres, le petit Jésus, Jean-Baptiste, les angelots, affectés collectivement par une pathologie ophtalmologique qu'Albert Samain a décrit chez la vache d'un alexandrin unique mais pertinent ( ses yeux chassieux où pullulent les mouches ).

 En réalité, une fois qu'on a appris à les dénicher, ces peintres-là, que l'on imagine grassement rétribués par des aristocrates couverts d'or mais fortement affectés par des myopies certainement congénitales dans ces milieux, on en fait la collection. Par exemple, prenons un certain Barent Pietersz Fabritius (1624-Amsterdam 1673), pourtant fin pinceau selon la rumeur. Il décide de prendre comme modèle un porc que l'on a égorgé ( Das geschlachtete Schwein,  1656 ) : dans le cochon tout est bon, et l'on a profité de l'aubaine pour faire de sa vessie une baudruche, que l'on a offert a une petite fille éperdue de reconnaissance envers ce pauvre goret. Mais si ce dernier est ravissant, en revanche, cette pauvre petite part dans l'existence bien mal lotie par la nature.

fabritiusbarentschwein.jpg

Barent Pietersz Fabritius (1624-Amsterdam 1673)
Das geschlachtete Schwein,  1656

fabritiusbarentpetitefillebaudruche.jpg

Barent Pietersz Fabritius (1624-Amsterdam 1673) Das geschlachtete Schwein,  1656, détail


    Regardons cette allégorie de Verandael, les fleurs sont magnifiques,

verendaelallegorie.jpg


Nicolaes van Verandael (Anvers,1640-1691) Allégorie de la fugacité
Musée de l'Ermitage, Saint Petersbourg

les bulles très réussies ; approchons nous encore un peu,

verendaelallegorie1.jpg

Nicolaes van Verandael (Anvers,1640-1691) Allégorie de la fugacité
Musée de l'Ermitage, Saint Petersbourg detail

mais quel est cet abominable bambin ?

verendaelallegorie2.jpg

Nicolaes van Verandael (Anvers,1640-1691) Allégorie de la fugacité
Musée de l'Ermitage, Saint Petersbourg detail



ou encore,

 caffemutterundkinddresden1805.jpeg

Daniel Caffe (Küstrin 1756-Leipzig 1815) Mutter und Kind 1805 Dresden

   On est en 1805, monsieur Caffe a eu le temps d'apprendre, de se former, nous voulons bien admettre que les Nazaréens ont perturbé le déroulement des cours à l'Académie mais tout de même ... pourrait on intentionnellement réaliser plus désobligeante composition ?

    Pas très loin, sévit un certain

    Le gros du dossier, ce sont ces milliers d'enfants Jésus dans la peinture religieuse, juchés sur les genoux de leur maman, dont l'aspect souvent plus qu'ingrat nous conduit à nous interroger sur la méthode du peintre - existait-il vraiment un modèle aussi hideux, qu'il s'en soit inspiré ? une telle difformité existe-t-elle dans la nature, laquelle est pourtant fort inventive en la matière ? Car paradoxalement, les angelots qui fréquemment voisinent les enfants Jésus sont rarement rebutants. D'un autre côté, les centaines de cupidons et les millions de putti qui gambadent dans la peinture profane sont le plus souvent tolérables. Il faut donc qu'une malédiction particulière affecte deux situations : le portrait d'enfant, et le genre des madones.

bellucciantoniomariamitdemkind.jpg 
Antonio Bellucci (Pieve di Soglio 1654-1726) Maria mit dem Kind c.1710-1715

    On croit avoir tout vu, avoir rencontré le comble de l'horreur. On pense à ses réserves de sérotonine, épuisées depuis longtemps, on en jurerait. Et puis l'on trouve encore la force d'affronter plus affreux encore :

ganymede.jpg

Rembrandt Harmensz. van Rijn ( 1606-1669) Ganymède dans les serres de l'aigle 1635


En ce qui concerne la théorie, certains ont fait remarquer très tôt qu'afin de réduire les risques il fallait respecter une règle des proportions propre à l'enfance. Du côté de la pratique, force est de constater que certains ont le coup de main et d'autres non. Comment les seconds ont-ils pu survivre en dépit de leur manque évident de talent est un mystère qui fait l'objet de cet article.

    Prenons un de ces artistes qui avait le don : Cornelis de Vos, le frère de Paul de Vos,

cornelisdevosmagdalena.jpg

Cornelis de Vos (1584-1651
) Magdalena (née en 1618) et Jan-Baptiste de Vos (né en 1619),
les enfants de l'artiste (c. 1621-1622)

ou un autre artiste comme
Jan Claesz


claeszsonck.jpg

Jan Claesz (actif de 1593 à 1618) Portrait d'Albert Sonck et de son fils Frans, 1602
Huile sur toile - 104 x 80 cm  Hoorn, Westfries Museum

ou encore

braycleopatra.jpg

Jan de Bray (1627-1697) Le Banquet de Cléopâtre, 1652
Huile sur toile - 170,7 x 165,8 cm Windsor, The Royal Collection

moreelseNassaucharite.jpg

Paulus Moreelse (1571-1638) Portrait de la comtesse Sophia Hedwig de Nassau-Dietz en Charité avec ses enfants, 1621  Huile sur toile - 140 x 122 cm  Apeldoorn, Paleis Het Loo National Museum





Date de création : 17/05/2009 : 05:18
Dernière modification : 28/10/2009 : 20:08
Catégorie : La Rubrique néo-natalogique de Klou de Montsercueil
Page lue 7138 fois

up Haut up


Site propulsé par GuppY - © 2004-2007 - Licence Libre CeCILL