Neuroland-Art

Accueil  Téléchargements     
Edouard Brissaud

Cent ans de Sinistrose

Pour ceux qui l'ignoreraient, la Sinistrose, cette affection chronique qui concerne 99,9 % de la population française, et demeure parfaitement inconnue de nos congénères d'outre-hexagone, a cent ans cette année. On a pu croire qu'elle était née du côté des années 1975 lors du premier choc pétrolier ; marquant la fin des trente glorieuses, de la prospérité, du travail pour tous.

Edouard Brissaud

Brissaud.jpg

    Édouard Brissaud, (15 avril 1852 à Besançon - 20 décembre 1909),  anatomo-pathologiste, neurologue et psychiatre, libre-penseur, était dit-on l'élève préféré de Charcot, dont il fut l'interne en 1879. On lui doit la description du rire et du pleurer spasmodique ; de l'œdème simulé des hystériques (Souques) : il travaille à la distinction anxiété et angoisse, la sinistrose, l'Aphasie d'intonation. Il fondera la revue neurologique avec Pierre Marie.

brissaudleons.jpg

Leçons sur les maladies nerveuses, recueillies par Henri Meige
Vingt-et-unième leçon : Sur le rire et le pleurer spasmodique, 1 décembre 1893

Il meurt d’une tumeur cérébrale à 57 ans, après avoir été opéré par Victor Horsley.

Un hommage lui est rendu dans la Revue Neurologique 15 janvier 1910 n°1 par son élève A. Souques


    La description de la sinistrose date de 1908. Ce syndrome psychique est observé chez les victimes d'accident du travail ou de la circulation, susceptible de donner lieu à réparation par l'employeur ou la partie adverse. La sinistrose est caractérisée par une "inhibition de la bonne volonté et du désir de récupération, et une majoration inconsciente des séquelles éventuelles d'un état pathologique guéri". Elle traduit une sorte de psychose revendicatrice en vue d'obtenir l'indemnité la plus élevée possible. La sinistrose, dans laquelle le sujet finit par se persuader qu'il est malade et ressentir effectivement les troubles qu'il invoque, doit être distinguée de la simulation.

SirVictorHorsley.jpg

Sir Victor Horsley (1857-1916)

Victor Horsley naquit dans le quartier de Kensington à Londres en 1857.  Son père, John Callcot Horsley, était un artiste de renom, membre de la Royal Academy, dont une part du succès résultait de son opposition aux pré-Raphaélites, une autre de sa stricte opposition à l'usage de modèles nus dans son travail, ce qui disposait favorablement à son égard la classe moyenne puritaine, victorienne. Victor a été racheté à la maison de campagne de son père près de Cranbrook dans le Kent et a fréquenté l'école élisabéthaine dans la même ville. Il quitte l'école pour entrer à l'University College de Londres, d'où il sort qualifié en 1881. Il réussit ses études de premier cycle au point d'être récompensé par la remise de la Médaille d'or de chirurgie. Il est finalement admis en tant que consultant auprès de l'University College Hospital et de l'Hôpital national pour les personnes paralysées et les épileptiques, Queen's Square.

Victor Horsley est considéré par beaucoup comme l'un des fondateurs de la neurochirurgie britannique. La neurochirurgie à la fin du 19ème siècle en était à ses balbutiements et la chirurgie crânienne avaient peu avancé depuis les travaux d'Ambroise Paré dans le milieu du 16e siècle. La seule opération effectuée régulièrement à cette époque était la trépanation connue depuis l'âge de pierre. En 1884, Horsley a été nommé à l'Institut de Brown de l'Université de Londres où il a effectué des expériences approfondies sur la localisation des fonctions cérébrales. En 1884, il a été en mesure de démontrer que la thyroïdectomie causait le Myxoedème. Il a étudié la fonction hypophysaire et, en 1886, effectué la première hypophysectomie expérimentale. Il a également beaucoup travaillé sur la microbiologie de la rage. En 1887, il fut le premier à enlever une tumeur extradurale de la colonne vertébrale, avec récupération complète du patient paraplégique. En 1891, il décrit une opération pour le traitement de la névralgie du trijumeau consistant à enlever le ganglion de Gasser par un abord temporal. Un problème technique important en neurochirurgie à l'époque était le saignement de la voûte crânienne. Dans ses expériences animales, il a pu montrer que la cire ordinaire de modélisation réduisait les hémorragies. Dans la pratique clinique, il a utilisé une préparation composée en partie de cire d'abeille et en partie d'huile d'amande, aujourd'hui encore connue comme la cire de Horsley.

Outre ses activités professionnelles qu'il s'est vivement intéressée à la sociologie et à la politique et a fortement soutenu le suffrage féminin. Il a pris une retraite anticipée pour passer de la pratique chirurgicale à la poursuite de ses ambitions politiques. Il était un farouche adversaire de la consommation de tabac et d'alcool. Il estimait que l'insolation était due principalement à l'ingestion d'alcool, plutôt qu'à l'exposition au soleil proprement dite. Il servit pendant la Première Guerre mondiale dans la Royal Army Medical Corps, en Mésopotamie, où il mourut d'une blessure à la tête ; il fut enterré avec les honneurs militaires à Amara.

Date de création : 28/10/2009 : 20:12
Dernière modification : 22/02/2012 : 02:45
Catégorie : Cent ans de Sinistrose
Page lue 4548 fois

up Haut up


Site propulsé par GuppY - © 2004-2007 - Licence Libre CeCILL