Arcs-en-ciel


Cliquer pour agrandir

Colonne Héraclite
heraclitemoreelsepetit.jpg
Articles

Fermer Paul Richer, parrain virtuel de Neuroland-Art

Fermer Rhétorique du caméléon

Fermer Chroniques de l'arc-en-ciel

Fermer Chroniques de l'arc-en-ciel : V-Junon et Argus

Fermer Chroniques de l'arc-en-ciel : VI-la femme à la balance

Fermer Chroniques de l'arc-en-ciel -VIII De Newton à Goethe

Fermer Chroniques de l'arc-en-ciel : X-Synesthésies

Fermer Conférences

Fermer Conférences Neuropsy

Fermer Conférences de Montréal

Fermer Recensions

Fermer Projet MNM

Fermer Histoire de l'albinisme

Fermer Le touit de Schubert

Fermer Les pyrosis d'Emilio Campari

Fermer Le petit Carton Rouge de Pavu Paprika

Fermer Le coup de fourchette de Jean Piffre

Fermer La page musicale de Jean-Luc Delut

Fermer Le Neurone cinéphile de Saïd Bensakel

Fermer Méchant Léon, pilier du Furibar

Fermer Lydia Procusto

Fermer Les aphtères de Vrémon Penau

Fermer Le rayon des invendus

Fermer Jouvence

Fermer Le cerveau des philosophes

Fermer La Rubrique néo-natalogique de Klou de Montsercueil

Fermer Souvenirs d'un disque mou

Fermer Cent ans de Sinistrose

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Calendrier
Demandez le programme !
14/05/08 Conférence Benoit Kullmann : actualités Parkinson 2008 Café des Arts place Yves Klein Nice 06000

29/05/08 Conférence Jean-Luc Delut : la musique du XIXème siècle : Beethoven 4Bd de Cimiez le Majestic NICE 06000

30/05/08 Conférence Pierre Lemarquis : Musique et Alzheimer Hôpital de Cimiez Nice 06000

14/06/08 Conférence Benoit Kullmann : Paramnésie reduplicative ( Magritte et la neurologie)

15/09/08
Conférences Benoit Kullmann : le concept de maladie neurodégénérative ; la paralysie supranucléaire progressive, naissance et démembrement ;  le neurologue, entre dégénérescence cortico-basale et syndrôme cortico-basal : IUGM, Montréal 9H-12h

17/09/08 Conférence Pierre Lemarquis : la cognition motrice à travers l'exemple de Glenn Gould Centre des Sciences de Montreal

22/09/08 Conférences Benoit Kullmann : les démences fronto-temporales ; la chorée de Huntington IUGM, Montréal 9H-12h

23/09/08 Conférences Benoit Kullmann : la démence à corps de Lewy ; les atrophies multi-systémiques ; le neurologue et l'hystérie  IUGM, Montréal 9H-12h

2/10/08 Conférence Benoit Kullmann : la neurologie au féminin

21/10/08 Conférence Jean-Luc Delut : la musique du XIXème siècle : Schubert

25/10/08 Conférence Pierre Lemarquis : Musique et Dopamine 2nd World Congress on Controversies in Neurology Athènes

20/11/08 Conférence Benoit Kullmann : variations sur la maladie d'Alzheimer I

12/12/08 Conférence Pierre Lemarquis : De Jean-Sébastien Bach à la Télécommande cérébrale CVCI

13/12/08 Conférence Benoit Kullmann : le sens de la douleur ; Apollon et Marsyas

05/02/09 Conférence Jean-Luc Delut : De Jean-Sébastien Bach à la Télécommande cérébrale CVCI

07/02/09 Conférence Pierre Lemarquis : Musique et Alzheimer

18/04/09 Conférence Benoit Kullmann : Inhibition et créativité

12/05/09 Conférence Michel Borg : Actualités de la maladie de Parkinson

12/05/09 Conférence Benoit Kullmann : Peinture et dopamine

12/05/09 Conférence Pierre Lemarquis : Musique et dopamine

13/06/09 Conférence Benoit Kullmann : de la chéloniophilie

20/06/09 Conférence Benoit Kullmann : Paul Richer et l'environnement artistique de Charcot

04/07/09 Concert Francine Guillouët - De Salvador : Schubert

04/07/09 Conférence Jean-Luc Delut : Schubert

08/07/09 Conférence Oury Monchi : Neuroimagerie fonctionnelle des connexions fronto-striatales : Neuroimaging studies in Parkinson¹s disease. Centre Hospitalier Princesse Grace, Monaco 17 H

09/09/09 Conférence Benoit Kullmann : Fiat Lux :  de la musique des sphères aux couleurs de l'arc-en-ciel Dusseldorf

09/09/09 Conférence Pierre Lemarquis : Lux Fiat : Et la lumière fut: "J.S.Bach, du cerveau bien tempéré à la théorie du chaos : cerveau, musique et mathématiques Dusseldorf

19/09/09 Conférence Benoit Kullmann : Magritte et la mémoire

08/10/09 Conférence Benoit Kullmann : l'image, entre virtuel et actuel C.U.M 21 H

26/11/09 Conférence Benoit Kullmann : L'esprit faux : du cerveau des facultés au cerveau des catégories

01/12/09 Conférence Michel Borg : Parkinson et dépression

01/12/09 Conférence Benoit Kullmann : l'art et le prosélytisme de la dépression

03/12/09 Conférence Jean-Luc Delut : Bach III ; rhétorique de la musique

05/12/09 Conférence Philippe Barrès : le What et le Where

05/12/09 Conférence Sandrine Louchart de la Chapelle : mémoires et émotions : « Une nouvelle dimension de la mémoire humaine »

08/12/09 Conférence Benoit Kullmann : douleur et théorie de l'esprit

09/12/09 Conférence Bruno Lussiez : anatomie de la crucifixion (association ARD, invitation du Dr Haiel Alchaar, fondateur)

09/12/09 Conférence Benoit Kullmann : de la poétique à la politique de la douleur (association ARD, invitation du Dr Haiel Alchaar, fondateur)

xx/12/09 Conférence Benoit Kullmann : le cerveau est-il une machine ?

16/01/10 Conférence Benoit Kullmann : le regard et l'image mentale

27/02/10 Conférence Pierre Lemarquis : Sérénade pour un cerveau musicien : plasticité neuronale

27/02/10 Conférence Benoit Kullmann : L'esprit faux : un cerveau en matière plastique ?

06/03/10 Conférence Benoit Kullmann : la construction du cerveau, I : de la Vanité à la Prétention, Ajaccio, Corse

25/03/10
Conférence Benoit Kullmann : les démences de type Alzheimer : actualisation des concepts, actualité thérapeutique

10-17/04/10 Conférence Benoit Kullmann : le concept de maladie neurodégénératives : nouvelles perspectives Montréal

10-17/04/10 Conférence Benoit Kullmann : un neurologue en visite au musée de Montréal

24/04/10 Conférence Pierre Lemarquis : Sérénade pour un cerveau musicien, Nice

24/04/10 Conférence Philippe Barrès : Alzheimer et musique Nice

24/04/10 Conférence Michel Borg , D. Bellevy : maladie de Parkinson, voix et chant Nice

24/04/10 Conférence Jean-Luc Delut  : psychanalyse de la musique Nice

24/04/10 Conférence Dominique Pringuet  : Blues et dépression Nice

24/04/10 Conférence Benoit Kullmann : Les dysprosodies, Nice

5/06/10 Conférence Benoit Kullmann :  (ombres au tableau) I renaissance et seconde mort de l'ombre   II la naissance de la peinture Séville III contours : le regard en action

18/06/10 Conférence Benoit Kullmann : un fantôme dans le Tableau Neurologique Nîmes

29/06/10 Conférence Benoit Kullmann  : les démences de type Alzheimer, Nice

5.07.2010 Conférence Benoit Kullmann : la maladie d'Alzheimer : du mythe à la mystification, Nice

09/09/10 Conférence Pierre Lemarquis : Sérénade pour un cerveau musicien, Mouans Sartoux

11/09/10 Conférence Benoit Kullmann : Le concept de maladie dégénérative (short version) Saint Paul

2.10.2010 Conférence Benoit Kullmann : un cauchemar cognitiviste, Nice

9.11.2010 Conférence Benoit Kullmann : actualité du problème XXX du pseudo-Aristote, Cannes

16.11.2010 Conférence Benoit Kullmann : le concept de maladie neuro-dégénérative (version longue), Nice

9.12.2010 Conférence Benoit Kullmann : l'attention, au delà du symptôme, Paris


13.01.2011 Conférence Benoit Kullmann :
Les complications neurologiques du diabète Nice

15.01.2011 Conférence Philippe Barrès: Croyance et Savoir  Nice

15.01.2011 Conférence Michel Benoît: Croyance et Suicide  Nice

15.01.2011 Conférence Michel Borg : Vrai et Faux mouvements anormaux chez les personnes célèbres   Nice

15.01.2011 Conférence Dominique Pringuey Croyance et Délire  Nice

15.01.2011 Conférence Saïd BensakelCroyances au cinéma : Diables et Démons Nice

15.01.2011 Conférence Benoit Kullmann :
L'incrédulité Nice

28.01.2011 Conférence Philippe Barrès : Troubles précoces du Langage et de la communication Marseille

28.01.2011 Conférence Pierre Bonhomme : Que reste-t-il du syndrome psycho-organique de Bleuler ? Marseille

29.01.2011 Conférence Benoit Kullmann : Préhistoire de la démence Marseille

.2011 Conférence Benoit Kullmann : Hommes au bord de la crise de nerf facial Nice

17.II.2011 Conférence Benoit Kullmann : Le concept de maladie dégénérative (very short version) Nice

19.II.2011 Conférence Pierre Lemarquis : aimer Jeff Koons est-il un signe de Maladie d’Alzheimer ?  La Celle


Conférence Le cerveau des Jésuites revisité I et II Fascination et Sidération  La Celle le 19.II.2011

Conférence Le concept de maladie dégénérative (long version) Monaco le 23.III.2011

Conférence Sexe, Grogs and Bacchanal's Bordeaux le 26.III.2011

Conférence Synesthésies Nice le 5.IV.2011

Conférence Le concept de maladie dégénérative (very short version) Nice le 14.IV.2011 Nice

Conférence Crise, lorsque les corps, la nature et les sociétés se répondent  Nice le 15.IV.2011 Nice

Conférence La part du rêve  le 7.V.2011 Nice

Conférence Jean-Martin Charcot and Paul Richer: Building a
bridge between neurology and art. Copenhague le 14.V.2011

Conférence La neurothéologie : comment les neurosciences ont-elles accommodé la  théologie  le 21.V.2011

Conférence Le cerveau des philosophes : l'École d'Athènes  le 23.V.2011

Conférence Expressions de la douleur le 22.VI.2011 Nice

Conférence Renoir et la polyarthrite le 25.VI.2011 Cagnes sur mer

Conférence Tchaïkowsky : variations sur le thème de l'âme slave  le 10.VIII.2011 Santa Reparata, Corse

Conférence Approche phénoménologique et anthropologique de la fibromyalgie  le 18.IX.2011 Nice

Conférence Jean-Martin Charcot and Paul Richer: Building a
bridge between neurology and art. Budapest le 24.IX.2011


Conférence Peindre l'altération de la familiarité le 1.X.2011 Monaco (podcast youtube)

Conférence Vingt neuf ans après  le 1.X.2011 Mougins

Conférence consignes d'approche de la méthode phénoménologique  le 6.X.2011 Nice

Conférence Des passions aux émotions  le 7.X.2011 Bordeaux

Conférence L'hystérie, fin XIXe siècle  le 8.X.2011 Cannes

Conférence Lost in Temptations (À la recherche des Tentations perdues de Saint Antoine) Amsterdam, le 22.X.2011

Communication Contribution de Raphaël à l'iconographie épileptologique le 12.XI.2011 Bordeaux

Conférence La douleur sur le champ de bataille (Charles Bell, de la douleur au douloureux) 17.XI.2011 Congrès Franco-Maghrébin Nice

Conférence Magritte, un peintre neurologique
18.XI.2011 San Remo

Conférence Des passions aux émotions : le point de vue du peintre et celui du musicien 19.XI.2011 San Remo

Conférence Fibromyalgie le 25.XI.2011 Nice

Conférence Fatigue (la naturalisation de la fatigue) le 3.XII.2011 Strasbourg

Conférence Narcisse, Echo et le mythe des neurones miroirs le 16.XII.2011 Nice Mamac     Cercle Castellion

Conférence Neurosciences et liberté le 13.I.2012 Café Philo La Colle sur Loup

Conférence Le souffroir le 26.I.2012 Nice D.U. Phénoménologie

Conférence Conscience et hallucination (Les hallucinations dans la maladie d'Alzheimer) le 27.I.2012 Congrès du G.R.A.L Marseille

Conférence la Volonté, une faculté sans domicile fixe le 4.II.2012 Nice XIVe Journée Neuro-Psychiatrique


Conférence L'arc-en-ciel nationaliste Abbaye de la Celle le 18.II.2012

Conférence La douleur et la mémoire Nice le 23.II.2012 Association A.R.D.

Conférence Illustration de quelques pathologies neurologiques dans la peinture Majorque le 25.III.2012

Conférence D'une Leçon à l'autre, une théorie de l'imitation fin XIXe Nice le 5.IV.2012 Journées Nationales de Neurologie de Langue Française

Conférence Le rêve Nice le 6.IV.2012 Cannes, Université inter-âges


Conférence Edgar Poe, la philosophie de l'ameublement le 14.IV.2012 Monaco

Conférence Actualité sur les syndromes parkinsoniens 3.V.2012 Nice

Conférence  le 12.V.2012, Les noces arrangées du génie et de la folie Saint-Tropez

Conférence  le 13.V.2012, Enquête sur Edgar Poe : travaux pratique sur les liens du génie et de la folie Saint-Tropez

Conférence  le 22.VI.2012, Le danger Porto Fino

Communication le 6.VII.2012 ambigüité de l'expression faciale ; à propos d'une oeuvre de James Ensor

Conférence le 7.VIII.2012 De la musique des sphères aux couleurs de l'arc-en-ciel Festival Musica Classica, Santa Reparata di Balagna

Conférence le 29.IX.2012 Les disconnections expérimentales Maison du séminaire, Nice

Conférence le 23.X.2012 Art et Parkinson : Beckett, Giacometti, l'immobilité, Nice

Conférence le 15.XI.2012 Le souffroir Société de Phénoménologie Clinique et de Daseinsanalyse de Nice

 
Conférence Better no brain than bad brain

Conférence 
le 1.XII.2012, Magritte et la sémiotique : un peintre neurologique Nice

Conférence le 16.II.2013 Mélomanie de Nietzsche Abbaye de la Celle, Nice

Conférence le vendredi 12 Avril 2013 Les maladies de Nietzsche Journée Nietzsche, Nice 


2011 Conférence Benoit Kullmann : peinture et philosophie : l'École d'Athènes, Nice

2011 Conférence Benoit Kullmann : peinture et philosophie : un rythme à quatre temps : Aristote et Platon, Héraclite et Démocrite, Nice

2011 Conférence Benoit Kullmann : peinture et philosophie : mais que font les stoïciens, Nice

2011 Conférence Benoit Kullmann : le cerveau des philosophes : le cerveau de Descartes

2011 Conférence Benoit Kullmann : le cerveau des philosophes : le cerveau de Kant
Le rayon des invendus - Un oeil au beurre noir te Kirkegaard

De notre nouveau correspondant itinérant, abonné de la ligne Berne - Canton : Kurt Peï ; celui qui prit comme devise : plus mon style sera ampoulé,  mieux mes propos seront éclairés.


Le rayon des invendus


NdW : du temps qu'il était coursier chez un libraire, il y a plus d'un demi siècle, le Webmestre, sillonnant à vélo les cinquième et sixième arrondissements, calculait le trajet optimal permettant de réunir économiquement les maisons d'édition. Dans sa sacoche pesaient tristement les invendus, qu'il avait la charge de retourner. La collision de la lugubre période des retours, avec un texte plus récent, dont le commanditaire a oublié qu'il en avait validé la livraison, a ravivé le chagrin des promesses déconvenues, et la pitié inspirée par les récusés. Désormais les étagères de Neuroland-Art seront offertes aux textes oubliés, aux manuscrits désolés, jusqu'aux essais manqués dont Pavu Paprika aura été le témoin navré. 


aujourd'hui : Un oeil au beurre noir te Kirkegaard.


    Attendrait-on qu'un neurologue enracine la séduction dans la substance neuronale, avec le même entrain qu’un endocrinologue - un exemple dérobé au hasard - la riverait à l’hypothalamus ? Si je possède en effet quelques rudiments de cette logique, je les garderai par-devers moi, n'étant pas doté d'assez de cruauté pour infliger à mon prochain la brutalité des assauts sans nombre qui se passent de préliminaire, et réduisent la séduction à un mode retors de reproduction, alors que le procédé pourrait être tellement simple. Mais force est de reconnaître qu’un tout-puissant aléatoire a généré une nécessité aveugle sélectionnant quantité de stratagèmes, pièges et chausses-trappes dont la complexité contribue à un renouvellement de l’espèce suffisamment approximatif pour laisser place à l’erreur. Ce que je puis révéler sans risquer d’endommager l’illusion fragile que la séduction vaut la peine que l’on se donne, suppose la rupture de secrets que l’on m’a pourtant confié comme au locataire d’un tombeau. Cette confidence emprunte la forme d’une construction gigogne assez vaste pour accueillir un peu de la diversité du vivant, dont celle de l’humain, en remarquant que séduire est pour certains l’affaire d’un instant, pour d’autres une entreprise laborieuse à l’échéance incertaine, et pour tous une conduite dont le sens profond n’apparaît que rarement et toujours trop tard.


La répétition


     Sous un auvent de branches feuillues il entasse des fleurs rouges qu'il coupe d'un coup sec à l’aide de son bec semblable à celui de l’un des pinsons que Darwin scruta aux îles Galapagos. À côté des fleurs, il a déjà disposé des amas de baies bleues, de champignons oranges, des brindilles moisies d’un teint violacé, empilé des coquilles grises de limaçons, des bouchons rouges de bouteilles en matière plastique, les plumes échappées du croupion d’un cousin volatile. Si le trombone vert perdu entre deux agrégats nous semble insolite, il est gratifié de quelques mouvements de bec dans l’hypothèse qu’un semblable l’avoisine, et deux trombones verts ce serait déjà une amorce de tas. Il ne sera pas simple de naturaliser le concept de même dans la cervelle minuscule de ce collectionneur compulsif illustrant parfaitement la notion anglaise de punding, un comportement de répétition, se manifestant parfois par une accumulation irrépressible d’objets, qui affecte certains patients parkinsoniens.

       L’oiseau-jardinier de Nouvelle-Guinée1 (Amblyornis inornatus) travaille seul, parfois pendant trois ans ; ignorant qu'autour de lui, dans un périmètre d'un hectare environ, une douzaine de ses congénères ont chacun de leur côté construit une hutte semblable, chacune décorée d’une manière originale. Une femelle vient le visiter. Elle sautille d'un amoncellement à l'autre. Pour une raison qui n'est pour l'instant pas mesurable, tandis que le mâle auteur de ce traquenard coloré effectue une danse ridicule et tente quelques vocalises témoignant de son excitation, elle s'envole, poursuit sa tournée de gite en gite jusqu'à ce qu'un signal phéromonal plus saillant que la dizaine d’émanations qui coexistent à ce moment-là dans ce territoire-ci, la retienne le temps d’un accouplement. Trois ans d’effort pour un contact de quelques secondes dont nous ignorons s’il est source de plaisir. Et beaucoup resteront seuls devant leur habitat comme un agent immobilier en temps de crise. Nous pouvons seulement inférer qu’une tension majeure maintient la continuité de l’entreprise de l’oiseau-jardinier, alors qu’il n’a probablement pas la moindre idée de qui viendra visiter son oeuvre. Magritte, dont la seule prétention était que ses productions retinssent l’attention d’un visiteur de galerie, récusant toute velléité d’interprétation, disposait ses pièges sur des murs, ajoutant à l’attraction d’images d’objets dont la coexistence insolite feraient apparaître l’étrangeté, le vertige d’une signification souterraine.

       Le Vogelkop bowerbird - c’est ainsi que l’on doit nommer ces oiseaux-là lorsque l’on prétend les connaître un peu2 - n’est pas équipé pour plaire. D’une couleur brunâtre ou olivâtre, il est dépourvu de tout plumage ornemental. On laissera la responsabilité d’une interprétation directement inspirée par la Providence, aux lecteurs pressés de penser que les installations colorées de son logis compenseraient la banalité de son apparence.

1 1) Borgia, G. 1986. Sexual selection in bowerbirds. Scientific American 254: 92-101. 2) Borgia, G. 1985. Bower quality, number of decorations and mating success of male satin bowerbirds (Ptilonorhynchus violaceus) : an experimental analysis. Animal Behavior 33: 266-271. 3) Borgia, G & Albert, J. C. U. 2000. Sexual selection drives rapid divergence in bowerbird display traits. Evolution 54: 273-278. 4) “Life the Vogelkop Bowerbird: nature’s great seducer BBC one,” by BBC. Youtube, 5 November 2009

2 il est de bon ton de préciser qu’ils habitent la péninsule de Doberai, également connue sous le nom de Vogelkop, ce qui signifie tête d'oiseau en néerlandais.

  • Étapes sur le chemin de la vie

       Qatu le dénicheur a réussi à capturer un Paradisier de Raggi dans les montagnes Arfak. Un représentant de l'une des trois cents soixante-quatre espèces d'oiseaux que le naturaliste Ernst Mayr a caractérisées, entre 1928 et 1930, et dont l’étude lui a permis d’accéder à la notion de spéciation. Notion dont se passent assez bien les papous, qui distinguent sans rien connaître de la taxinomie ornithologique trois cent soixante-trois variétés3. Qatu a prélevé trois plumes, les plus longues, aux couleurs les plus vives ; il en a compliqué le couvre-chef qui lui permettra de paraître au congrès de sa tribu. Il faut préciser : de paraître semblable aux autres, qui participent à la cérémonie. D’un clan à l’autre, les parures nuptiales varient : ici les plumes colorées couronnent la tête, associées aux peintures rituelles du visage ; là des colliers de dents de cochon recourbées, ou de dents de chien dont le nombre indique combien on en a mangé ; ailleurs de petits coquillages blancs, les cauris, servant aussi de monnaie, enfilés comme des perles, ou de larges pendentifs de nacre ; plus loin des os d'ailes de chauve-souris, ou des mandibules d'insectes traversant la cloison nasale. Au cours des danses rituelles, hommes et femmes seront réunis, selon des règles de combinaison clanique précises, telles qu’aucune mésalliance ne survienne. Cela a-t-il un sens de souhaiter que la femme à laquelle Qatu sera lié ne soit pas convoitée par un autre, ni que la femme qu'il convoite ne soit attribuée à un autre ? Combien de ces papous, hommes et femmes, demeurent-ils seuls à l’issue de la cérémonie ? Aucun ethnographe ne le mentionne, tous les récits se bornent à décrire le rituel du mariage collectif. Si l’on suit l’anthropologue Cordrington4, les moeurs sont assez libres en Papouasie, au point que l’on y tolère sans pourtant l'approuver officiellement le commerce intime entre les jeunes gens des deux sexes, dans les limites où le mariage est permis : hors de là, il y a une faute grave, il y a inceste.

      En Papouasie, une femme ne doit pas être du même côté de la maison que son mari. Elle doit être à la porte. Ces phrases écrites sans guillemets nous paraissent étranges. Qatu, une fois marié, amena à sa femme deux petits frères jumeaux, enfants de sa sœur. La femme de Qatu demanda alors à son mari : Sont-ce mes enfants ou mes maris ? A quoi Qatu répondit aussitôt : ce sont sûrement vos maris, puisque ce sont les enfants de ma sœur.

     J’espère avoir réussi a retenir votre attention : non que cette réplique soit surréaliste, elle est d’une logique implacable dans la Théorie de l’esprit des papous. Ce qui signifie : Entre vous et ces petits garçons, il n'y a aucune consanguinité utérine ; ils appartiennent donc à un groupe dans lequel vous aviez le droit de prendre un mari. En vertu de ce système de parenté, toutes les femmes - au moins celles de sa génération - sont, pour un Papou, ou des sœurs ou des femmes » ; et réciproquement, pour une Papoue, tous les hommes sont ou des mères ou des maris. J’ai entendu parler de quelqu’un que l’on l’appelait l’homme aux sept femmes : il était convaincu qu’il possédait une sorte de droit de commerce intime avec toutes les femmes non mariées ; c’est--dire, qui auraient pu être ses femmes. D’autres, des acteurs ou des peintres par exemple, sont convaincus qu’ils peuvent jouir du même commerce intime avec toutes les femmes qu’elles soient mariées ou non à la condition qu’elles ne soient pas leurs soeurs, en vertu du principe de potentialité. On comprend mieux le comportement de son prochain lorsque l’on connaît les lointaines structures élémentaires de la parenté.

3 actuellement on distingue 851 espèces résidentes ou de passage
4 Codrington. Mélanesians, (Anthropology) ; toutes les citations en italiques sont extraites de son ouvrage


Crainte et tremblement 


      Les neveux de Qatu furent adoptés par un couple d’australiens presbytériens qui les acculturèrent activement en commençant par les rebaptiser Hezron et Hamul. Tous deux entreprirent des études de médecine. Le patron d’Hezron à l’université de Perth lui raconta plusieurs fois, non qu’il ignora l’avoir déjà narrée, mais il était très satisfait de sa façon de la dire, l'histoire de Banting, le découvreur de l'Insuline : tout au moins sa version de l’histoire, car jamais Hezron ne put vérifier l’authenticité des faits. Amoureux de la fille du directeur de son université, Banting se serait fait éconduire par celui là même dont il rêvait d’épouser la progéniture, au motif de sa plus que modeste extraction. Aiguillonné par le refus plus encore que par la passion, pris dans les rets d’une variété atypique ce que René Girard appelle le désir mimétique, et sans doute soutenu par un mélange subtilement dosé de dopamine et de testostérone baignant un réseau neuronal relativement fringant, Banting eût raison des résistances de la science avant de briser celles de son futur beau-père et réussit la synthèse de l’insuline. Ayant reçu le prix Nobel, il épousa la fille du recteur, mais sur ce genre de revanches sociales se construisent des relations conjugales précaires, et la fille fait les frais de l’affront que le père vous infligeât. Un divorce conclut cette histoire moins de deux ans après le jour des noces. C'est entre vingt et trente ans, commenta le patron à l’intention d’Hezron - alors âgé de trente-et-un ans -, qu'ont lieu les plus grandes découvertes scientifiques.

      Hezron se jeta à tête perdue dans la rédaction de sa thèse. Son travail portait sur les encéphalopathies spongiformes subaigües, une manière distinguée et globalisante d'évoquer des maladies désormais comprises comme contagieuses alors que l’on pensait lorsque les premiers cas en furent rapportés qu’elles étaient dégénératives : les plus connues étaient la maladie de Creutzfeldt-Jakob, l’encéphalopathie du vison, laquelle anticipait la maladie de la vache folle avec une vingtaine d’années d’avance, et le Kuru, mot qui signifie trembler dans l’un du millier de dialectes de Papouasie. Il consacra un long chapitre au mode de transmission de ce dernier, lors du cannibalisme rituel que décrivirent les premiers découvreurs des Fore, un peuple vivant à l'âge de pierre dans les plateaux de Haute Guinée. Les Fore sont perdus au milieu d’autres tribus avec lesquels ils entretiennent des relations souvent hostiles mais qui ne sont pas affectées par le Kuru. Ces anthropophages l'intriguaient au delà de leur pathologie pour une raison particulière : les ethnologues qui adorent les explications tourmentées - et celle du Kuru en est un excellent exemple - ont eu beau chercher dans les moindres recoins de la culture Fore, ils n’ont trouvé d’autre argument à cette inclination gastronomique que précisément la raison du goût. Aucune trace d’un rituel sophistiqué, d’une croyance à propos de l’acquisition de telle force ou de telle vertu par le truchement de l’ingestion d’autrui, pas d’utilitarisme - manger ses morts étant un moyen comme un autre de se débarrasser des cadavres. Sauf si l’on ajoute la locution adverbiale : pour de bon. S’en débarrasser pour de bon : autrement dit, le seul motif justifiant de manger sa grand-mère est que sa chair est savoureuse. En outre, lorsqu’il y avait pléthore de décès par exemple, un clan pouvait faire cadeau - dans l’espérance d’un retour sur investissement - d’un cadavre appétissant à un clan allié. Or une rumeur se répandit5 : la chair des papous emportés par le Kuru avait une saveur particulièrement délicieuse. Je laisse l’imagination du lecteur calculer la raison géométrique de la progression de la maladie dès lors que la nouvelle se répandit à la vitesse d’un cochon sauvage pourchassé.

      Hezron consacra trois années à la rédaction de ce travail. Lorsqu’il reçut le prix de thèse, une médaille dorée gravée à son nom, celle pour laquelle il avait conçu une dédicace enflammée et projeté de lui offrir sa récompense était depuis longtemps partie vivre avec son frère jumeau. Celui-ci appartenant au groupe des maris possibles de celle-la, lui fit comprendre quelque chose de très banal au sujet de leur relation dans la mesure où l’un prit pour objet de son désir celui de l’autre. C’est donc à sa rancoeur qu’il fit violence puisque la fraternité, c’est sacré, même à titre posthume si l'on s'appelle Caïn ou Romulus.

5 Glasse Robert. Cannibalisme et Kuru chez les Fore de Nouvelle Guinée. In : L'Homme, 1968, tome 8 n°3. pp. 22-36.


Traité du désespoir


      Une nuit de février à Copenhague, au sortir d’un symposium, Hamul - qui se faisait désormais appeler Samuel - à la limite de la congélation se trouva projeté dans un taxi en compagnie de l'homme à la cervelle d'or, celui dont Alphonse Allais raconta l’histoire. Ainsi Samuel surnommait-il vingt années plus tôt son mentor. Lequel ayant englouti une demie- bouteille d’aquavit thermogène avant de monter à la tribune, s’était effondré sur le pupitre mis à disposition du conférencier, un cocard périorbitaire droit d’un noir de suie se développant inexorablement tandis qu’il bredouillait sa communication. Son ancien élève feignit de ne pas le reconnaître afin de ne pas froisser la vanité qui l'enveloppait d'un drapé impeccable. Entre eux le portier avait précipité une jeune femme, dont le vieillard martelait le genou gauche avec un exemplaire écorné du journal d’un séducteur tout en déversant à son intention un flot de paroles ébrieuses. La jeune femme demeurait très polie sous l’outrage et sans trop tourner la tête imposait une tension constante à son regard, vers la gauche. Samuel - lequel était assis à sa droite - ne percevait que le blanc nacré de ses conjonctives.

      Samuel tentait d’évaluer la résultante des forces en présence, en leur affectant une valence émotionnelle, si tant est que soit provisionnée de sens la comparaison d’un ring surchauffé et de l’intérieur frigorifié d’un taxi danois bringuebalant sur une chaussée enneigée depuis le très excentré palais des congrès jusqu’au coeur de la ville. À gauche un prédateur éméché rencontré à l’occasion d’une conférence un quart de siècle après une entrevue houleuse, à l’évidence incapable de reconnaître son élève. À droite un papou neurologue qui n’avait pas ouvert la bouche ni croisé son regard depuis qu’on les avait enfournés d’office dans l’automobile, et tendait l’oreille, écoutant ce désormais vieillard qui avait été autrefois son maître tenter de raconter le plus grand nombre possible de conquêtes dans le minimum de temps et, ultime prouesse, dans la langue de Shakespeare en insistant sur la variété des combinaisons posturales. Sa rhétorique postillonnante s’échouait dans la cervelle de leur voisine mitoyenne, telle un banc de veaux marins fourbus et transis sur une grève de la mer Baltique. Il tentait de convaincre la jeune femme de l’influence décisive de l’hypothalamus et de quelques molécules - la lulibérine, la leptine, l’ocytocine, la dopamine - sur son comportement amoureux, se pavanant comme l’un de ces volatiles sénescents, dont ne demeure que le cri horrible tandis que la perte de leurs plumes a dévoilé leurs pieds monstrueux. Samuel se rappelait les visites le matin dans le service. Le mandarin capturait d’un regard globuleux l’attention de l’un de ses subalternes et l’engageait dans une discussion qui n’avait aucun rapport avec ce dont on aurait dû parler, la radiographie de madame X ou les résultats de la ponction lombaire de monsieur Y. La fascination qu’il exerçait alors suscitait chez tous ceux qui l’approchaient l’admiration, la plus détestable des passions selon René Descartes.6

      Samuel remarqua qu’il ne cillait plus, les yeux écarquillés, le visage empourpré, la lippe humide et flappie. S’ils s’étaient retrouvés dans un ascenseur étroit abandonné à une chute sans fin, le pet-de-loup lui aurait tourné le dos, et de sa bedaine aurait étouffé son interlocutrice. La différence d'âge, une toute petite trentaine d'années, ne le préoccupait pas plus que cela. Au contraire, il devenait de plus en plus hardi dans ses propos, à la fois décousus et débraillés, et intrusif dans ses questions. And concerning ocytocine, everything works well ? Sans pouvoir le vérifier Samuel comprit que son voisin tenait désormais le journal du séducteur dans sa main gauche et avait posé sa main droite sur la cuisse de leur voisine. Une contraction trémulante de son poing lui rappela la puissance de notre tendance à rétablir la symétrie formelle lorsqu’elle est contrariée : l’hématome oculaire unilatéral droit appelait une rectification sénestre urgente. Il détourna son regard vers la vitre constellée de gouttelettes tremblotantes ; quel accident les avait-il embarqués dans cette course tarifée, son épouse Tamar qu’il avait subtilisée à son frère, lui-même, et l’homme à la cervelle d’or gaspillant ses derniers feux ? ( chez les Papous dépenser se dit gaspiller ). L’idée perla, fragile comme l’un de ces milliards de flocons qui tournoyaient dans l’obscurité avant de se fondre dans la chaussée boueuse, que du point de vue de la stricte économie, séduire demandait une dépense d’énergie considérable pour obtenir en fin de compte très peu de chose, voire rien du tout. Pour l’instant on roulait à vive allure, et fuyant le vertige il ferma les yeux, attentif aux prodromes de l’angoisse qui d’un moment à l’autre allait l’étreindre, lorsqu’il lui faudrait prendre une décision.


 
Berne, le 31.XII.2012, Canton, le 1.I.2013






Date de création : 27/11/2015 : 08:34
Dernière modification : 21/01/2016 : 07:40
Catégorie : Le rayon des invendus
Page lue 931 fois


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !



Arcs-en-ciel


Cliquer pour agrandir

Colonne Démocrite
democritemoreelsepetit.jpg
Recherche




Webmaster - Infos
Encore plus d'articles

Fermer Tandem on the Rocks

Fermer Le congrès de l'île de Reil

Fermer J.O : l'espace Winston Churchill

Fermer Grand concours d'architecture

Fermer notre arc-en-ciel quotidien

Fermer Musées du monde

Fermer Madones

Fermer Musée du monstre

Fermer Drôle de Musée

Fermer Les citrons de Mademoiselle µµ

Fermer Jeu collectif

Fermer Solution du Jeu collectif

Fermer Romulus et Rebus

Fermer Grand Jeu : un tableau dans le tableau

Fermer Solution du Grand Jeu : un tableau dans le tableau

Fermer Petit Jeu : echos

Fermer Solutions du Petit Jeu : echos

Fermer Le kiosque à musique

Fermer Culture pour tous

Fermer À la Vache folle et au Mouton qui tremble

Fermer ARE U DEAD

Fermer Esprit Faux

Fermer Voyage Aux Amériques

Fermer Voyage en Sinistrosie

Fermer Dossiers de presse

Fermer Le ciment du couple

Fermer Voeux

Traducteur Google
    
    
    
    
    
Échanges neuro-psychiatriques
Les conférences neuro-psy : introduction et programme

la XIe Journée : Croyance


Philippe Barrès : Croyance et savoir 15.I.2011

Michel Benoît : Croyances et suicide 15.I.2011

Dominique Pringuey : Croyances et délire 15.I.2011

Michel Borg : Egon Schiele (pdf) 15.I.2011

Saïd Bensakel : Diables et démons au cinéma 15.I.2011

Benoît Kullmann : Incrédulité 15.I.2011

la XIIe Journée : le Rêve 7.V.2011

Dominique Pringuey : Phénoménologie du rêve 7.5.2011

Faredj Cherik : Clinique du rêve
7.5.2011

Sandrine Louchard de la Chapelle :
7.5.2011

Patrick Amoyel : le rêve et la psychanalyse
7.5.2011

Conférence La part du rêve  le 7.V.2011 Nice

la XIIIe Journée : la pensée magique 8.X.2011

P.Martin Paris VI : L’effet placebo et nocebo du point de vue du pharmacologue

Michel Borg :
Vertus des plantes et maladie de Parkinson

Michel Benoît :
Effet placebo et traitement de la dépression

J.P. Cibiera :
Effet analgésique de l’Hypnose

Henri Daran :  
Pensée Magique ou histoire du réel ? Crises de la présence et pluralité des mondes

Patrick Amoyel :  Pensée Magique et Suggestion


la XIVe Journée : Neuropsychiatrie de la Volonté 4.II.2012

Benoît Kullmann : La Volonté : une faculté sans domicile fixe ? À propos de la décomposition de la Volonté. 

Philippe Barrès :
Troubles de la motivation : la ronde des concepts

Sandrine Louchart de la Chapelle :
Névrose obsessionnelle : une maladie de la Volonté

Bruno Giordana :
Le surhomme et les excès de la volonté maniaque : Fredéric Nietzsche et les antinomies existentielles

Patrick Amoyel :  la volonté, Spinoza, Freud, Lacan, le Vide et le Yin du rein chinois 

Éditions BKNeuroland
Éditions BKNeuroland



Le rivage des Sites
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
25 Abonnés
^ Haut ^