Arcs-en-ciel


Cliquer pour agrandir

Colonne Héraclite
heraclitemoreelsepetit.jpg
Articles

Fermer Paul Richer, parrain virtuel de Neuroland-Art

Fermer Rhétorique du caméléon

Fermer Chroniques de l'arc-en-ciel

Fermer Chroniques de l'arc-en-ciel : V-Junon et Argus

Fermer Chroniques de l'arc-en-ciel : VI-la femme à la balance

Fermer Chroniques de l'arc-en-ciel -VIII De Newton à Goethe

Fermer Chroniques de l'arc-en-ciel : X-Synesthésies

Fermer Conférences

Fermer Conférences Neuropsy

Fermer Conférences de Montréal

Fermer Recensions

Fermer Projet MNM

Fermer Histoire de l'albinisme

Fermer Le touit de Schubert

Fermer Les pyrosis d'Emilio Campari

Fermer Le petit Carton Rouge de Pavu Paprika

Fermer Le coup de fourchette de Jean Piffre

Fermer La page musicale de Jean-Luc Delut

Fermer Le Neurone cinéphile de Saïd Bensakel

Fermer Méchant Léon, pilier du Furibar

Fermer Lydia Procusto

Fermer Les aphtères de Vrémon Penau

Fermer Le rayon des invendus

Fermer Jouvence

Fermer Le cerveau des philosophes

Fermer La Rubrique néo-natalogique de Klou de Montsercueil

Fermer Souvenirs d'un disque mou

Fermer Cent ans de Sinistrose

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Calendrier
Demandez le programme !
14/05/08 Conférence Benoit Kullmann : actualités Parkinson 2008 Café des Arts place Yves Klein Nice 06000

29/05/08 Conférence Jean-Luc Delut : la musique du XIXème siècle : Beethoven 4Bd de Cimiez le Majestic NICE 06000

30/05/08 Conférence Pierre Lemarquis : Musique et Alzheimer Hôpital de Cimiez Nice 06000

14/06/08 Conférence Benoit Kullmann : Paramnésie reduplicative ( Magritte et la neurologie)

15/09/08
Conférences Benoit Kullmann : le concept de maladie neurodégénérative ; la paralysie supranucléaire progressive, naissance et démembrement ;  le neurologue, entre dégénérescence cortico-basale et syndrôme cortico-basal : IUGM, Montréal 9H-12h

17/09/08 Conférence Pierre Lemarquis : la cognition motrice à travers l'exemple de Glenn Gould Centre des Sciences de Montreal

22/09/08 Conférences Benoit Kullmann : les démences fronto-temporales ; la chorée de Huntington IUGM, Montréal 9H-12h

23/09/08 Conférences Benoit Kullmann : la démence à corps de Lewy ; les atrophies multi-systémiques ; le neurologue et l'hystérie  IUGM, Montréal 9H-12h

2/10/08 Conférence Benoit Kullmann : la neurologie au féminin

21/10/08 Conférence Jean-Luc Delut : la musique du XIXème siècle : Schubert

25/10/08 Conférence Pierre Lemarquis : Musique et Dopamine 2nd World Congress on Controversies in Neurology Athènes

20/11/08 Conférence Benoit Kullmann : variations sur la maladie d'Alzheimer I

12/12/08 Conférence Pierre Lemarquis : De Jean-Sébastien Bach à la Télécommande cérébrale CVCI

13/12/08 Conférence Benoit Kullmann : le sens de la douleur ; Apollon et Marsyas

05/02/09 Conférence Jean-Luc Delut : De Jean-Sébastien Bach à la Télécommande cérébrale CVCI

07/02/09 Conférence Pierre Lemarquis : Musique et Alzheimer

18/04/09 Conférence Benoit Kullmann : Inhibition et créativité

12/05/09 Conférence Michel Borg : Actualités de la maladie de Parkinson

12/05/09 Conférence Benoit Kullmann : Peinture et dopamine

12/05/09 Conférence Pierre Lemarquis : Musique et dopamine

13/06/09 Conférence Benoit Kullmann : de la chéloniophilie

20/06/09 Conférence Benoit Kullmann : Paul Richer et l'environnement artistique de Charcot

04/07/09 Concert Francine Guillouët - De Salvador : Schubert

04/07/09 Conférence Jean-Luc Delut : Schubert

08/07/09 Conférence Oury Monchi : Neuroimagerie fonctionnelle des connexions fronto-striatales : Neuroimaging studies in Parkinson¹s disease. Centre Hospitalier Princesse Grace, Monaco 17 H

09/09/09 Conférence Benoit Kullmann : Fiat Lux :  de la musique des sphères aux couleurs de l'arc-en-ciel Dusseldorf

09/09/09 Conférence Pierre Lemarquis : Lux Fiat : Et la lumière fut: "J.S.Bach, du cerveau bien tempéré à la théorie du chaos : cerveau, musique et mathématiques Dusseldorf

19/09/09 Conférence Benoit Kullmann : Magritte et la mémoire

08/10/09 Conférence Benoit Kullmann : l'image, entre virtuel et actuel C.U.M 21 H

26/11/09 Conférence Benoit Kullmann : L'esprit faux : du cerveau des facultés au cerveau des catégories

01/12/09 Conférence Michel Borg : Parkinson et dépression

01/12/09 Conférence Benoit Kullmann : l'art et le prosélytisme de la dépression

03/12/09 Conférence Jean-Luc Delut : Bach III ; rhétorique de la musique

05/12/09 Conférence Philippe Barrès : le What et le Where

05/12/09 Conférence Sandrine Louchart de la Chapelle : mémoires et émotions : « Une nouvelle dimension de la mémoire humaine »

08/12/09 Conférence Benoit Kullmann : douleur et théorie de l'esprit

09/12/09 Conférence Bruno Lussiez : anatomie de la crucifixion (association ARD, invitation du Dr Haiel Alchaar, fondateur)

09/12/09 Conférence Benoit Kullmann : de la poétique à la politique de la douleur (association ARD, invitation du Dr Haiel Alchaar, fondateur)

xx/12/09 Conférence Benoit Kullmann : le cerveau est-il une machine ?

16/01/10 Conférence Benoit Kullmann : le regard et l'image mentale

27/02/10 Conférence Pierre Lemarquis : Sérénade pour un cerveau musicien : plasticité neuronale

27/02/10 Conférence Benoit Kullmann : L'esprit faux : un cerveau en matière plastique ?

06/03/10 Conférence Benoit Kullmann : la construction du cerveau, I : de la Vanité à la Prétention, Ajaccio, Corse

25/03/10
Conférence Benoit Kullmann : les démences de type Alzheimer : actualisation des concepts, actualité thérapeutique

10-17/04/10 Conférence Benoit Kullmann : le concept de maladie neurodégénératives : nouvelles perspectives Montréal

10-17/04/10 Conférence Benoit Kullmann : un neurologue en visite au musée de Montréal

24/04/10 Conférence Pierre Lemarquis : Sérénade pour un cerveau musicien, Nice

24/04/10 Conférence Philippe Barrès : Alzheimer et musique Nice

24/04/10 Conférence Michel Borg , D. Bellevy : maladie de Parkinson, voix et chant Nice

24/04/10 Conférence Jean-Luc Delut  : psychanalyse de la musique Nice

24/04/10 Conférence Dominique Pringuet  : Blues et dépression Nice

24/04/10 Conférence Benoit Kullmann : Les dysprosodies, Nice

5/06/10 Conférence Benoit Kullmann :  (ombres au tableau) I renaissance et seconde mort de l'ombre   II la naissance de la peinture Séville III contours : le regard en action

18/06/10 Conférence Benoit Kullmann : un fantôme dans le Tableau Neurologique Nîmes

29/06/10 Conférence Benoit Kullmann  : les démences de type Alzheimer, Nice

5.07.2010 Conférence Benoit Kullmann : la maladie d'Alzheimer : du mythe à la mystification, Nice

09/09/10 Conférence Pierre Lemarquis : Sérénade pour un cerveau musicien, Mouans Sartoux

11/09/10 Conférence Benoit Kullmann : Le concept de maladie dégénérative (short version) Saint Paul

2.10.2010 Conférence Benoit Kullmann : un cauchemar cognitiviste, Nice

9.11.2010 Conférence Benoit Kullmann : actualité du problème XXX du pseudo-Aristote, Cannes

16.11.2010 Conférence Benoit Kullmann : le concept de maladie neuro-dégénérative (version longue), Nice

9.12.2010 Conférence Benoit Kullmann : l'attention, au delà du symptôme, Paris


13.01.2011 Conférence Benoit Kullmann :
Les complications neurologiques du diabète Nice

15.01.2011 Conférence Philippe Barrès: Croyance et Savoir  Nice

15.01.2011 Conférence Michel Benoît: Croyance et Suicide  Nice

15.01.2011 Conférence Michel Borg : Vrai et Faux mouvements anormaux chez les personnes célèbres   Nice

15.01.2011 Conférence Dominique Pringuey Croyance et Délire  Nice

15.01.2011 Conférence Saïd BensakelCroyances au cinéma : Diables et Démons Nice

15.01.2011 Conférence Benoit Kullmann :
L'incrédulité Nice

28.01.2011 Conférence Philippe Barrès : Troubles précoces du Langage et de la communication Marseille

28.01.2011 Conférence Pierre Bonhomme : Que reste-t-il du syndrome psycho-organique de Bleuler ? Marseille

29.01.2011 Conférence Benoit Kullmann : Préhistoire de la démence Marseille

.2011 Conférence Benoit Kullmann : Hommes au bord de la crise de nerf facial Nice

17.II.2011 Conférence Benoit Kullmann : Le concept de maladie dégénérative (very short version) Nice

19.II.2011 Conférence Pierre Lemarquis : aimer Jeff Koons est-il un signe de Maladie d’Alzheimer ?  La Celle


Conférence Le cerveau des Jésuites revisité I et II Fascination et Sidération  La Celle le 19.II.2011

Conférence Le concept de maladie dégénérative (long version) Monaco le 23.III.2011

Conférence Sexe, Grogs and Bacchanal's Bordeaux le 26.III.2011

Conférence Synesthésies Nice le 5.IV.2011

Conférence Le concept de maladie dégénérative (very short version) Nice le 14.IV.2011 Nice

Conférence Crise, lorsque les corps, la nature et les sociétés se répondent  Nice le 15.IV.2011 Nice

Conférence La part du rêve  le 7.V.2011 Nice

Conférence Jean-Martin Charcot and Paul Richer: Building a
bridge between neurology and art. Copenhague le 14.V.2011

Conférence La neurothéologie : comment les neurosciences ont-elles accommodé la  théologie  le 21.V.2011

Conférence Le cerveau des philosophes : l'École d'Athènes  le 23.V.2011

Conférence Expressions de la douleur le 22.VI.2011 Nice

Conférence Renoir et la polyarthrite le 25.VI.2011 Cagnes sur mer

Conférence Tchaïkowsky : variations sur le thème de l'âme slave  le 10.VIII.2011 Santa Reparata, Corse

Conférence Approche phénoménologique et anthropologique de la fibromyalgie  le 18.IX.2011 Nice

Conférence Jean-Martin Charcot and Paul Richer: Building a
bridge between neurology and art. Budapest le 24.IX.2011


Conférence Peindre l'altération de la familiarité le 1.X.2011 Monaco (podcast youtube)

Conférence Vingt neuf ans après  le 1.X.2011 Mougins

Conférence consignes d'approche de la méthode phénoménologique  le 6.X.2011 Nice

Conférence Des passions aux émotions  le 7.X.2011 Bordeaux

Conférence L'hystérie, fin XIXe siècle  le 8.X.2011 Cannes

Conférence Lost in Temptations (À la recherche des Tentations perdues de Saint Antoine) Amsterdam, le 22.X.2011

Communication Contribution de Raphaël à l'iconographie épileptologique le 12.XI.2011 Bordeaux

Conférence La douleur sur le champ de bataille (Charles Bell, de la douleur au douloureux) 17.XI.2011 Congrès Franco-Maghrébin Nice

Conférence Magritte, un peintre neurologique
18.XI.2011 San Remo

Conférence Des passions aux émotions : le point de vue du peintre et celui du musicien 19.XI.2011 San Remo

Conférence Fibromyalgie le 25.XI.2011 Nice

Conférence Fatigue (la naturalisation de la fatigue) le 3.XII.2011 Strasbourg

Conférence Narcisse, Echo et le mythe des neurones miroirs le 16.XII.2011 Nice Mamac     Cercle Castellion

Conférence Neurosciences et liberté le 13.I.2012 Café Philo La Colle sur Loup

Conférence Le souffroir le 26.I.2012 Nice D.U. Phénoménologie

Conférence Conscience et hallucination (Les hallucinations dans la maladie d'Alzheimer) le 27.I.2012 Congrès du G.R.A.L Marseille

Conférence la Volonté, une faculté sans domicile fixe le 4.II.2012 Nice XIVe Journée Neuro-Psychiatrique


Conférence L'arc-en-ciel nationaliste Abbaye de la Celle le 18.II.2012

Conférence La douleur et la mémoire Nice le 23.II.2012 Association A.R.D.

Conférence Illustration de quelques pathologies neurologiques dans la peinture Majorque le 25.III.2012

Conférence D'une Leçon à l'autre, une théorie de l'imitation fin XIXe Nice le 5.IV.2012 Journées Nationales de Neurologie de Langue Française

Conférence Le rêve Nice le 6.IV.2012 Cannes, Université inter-âges


Conférence Edgar Poe, la philosophie de l'ameublement le 14.IV.2012 Monaco

Conférence Actualité sur les syndromes parkinsoniens 3.V.2012 Nice

Conférence  le 12.V.2012, Les noces arrangées du génie et de la folie Saint-Tropez

Conférence  le 13.V.2012, Enquête sur Edgar Poe : travaux pratique sur les liens du génie et de la folie Saint-Tropez

Conférence  le 22.VI.2012, Le danger Porto Fino

Communication le 6.VII.2012 ambigüité de l'expression faciale ; à propos d'une oeuvre de James Ensor

Conférence le 7.VIII.2012 De la musique des sphères aux couleurs de l'arc-en-ciel Festival Musica Classica, Santa Reparata di Balagna

Conférence le 29.IX.2012 Les disconnections expérimentales Maison du séminaire, Nice

Conférence le 23.X.2012 Art et Parkinson : Beckett, Giacometti, l'immobilité, Nice

Conférence le 15.XI.2012 Le souffroir Société de Phénoménologie Clinique et de Daseinsanalyse de Nice

 
Conférence Better no brain than bad brain

Conférence 
le 1.XII.2012, Magritte et la sémiotique : un peintre neurologique Nice

Conférence le 16.II.2013 Mélomanie de Nietzsche Abbaye de la Celle, Nice

Conférence le vendredi 12 Avril 2013 Les maladies de Nietzsche Journée Nietzsche, Nice 


2011 Conférence Benoit Kullmann : peinture et philosophie : l'École d'Athènes, Nice

2011 Conférence Benoit Kullmann : peinture et philosophie : un rythme à quatre temps : Aristote et Platon, Héraclite et Démocrite, Nice

2011 Conférence Benoit Kullmann : peinture et philosophie : mais que font les stoïciens, Nice

2011 Conférence Benoit Kullmann : le cerveau des philosophes : le cerveau de Descartes

2011 Conférence Benoit Kullmann : le cerveau des philosophes : le cerveau de Kant
Conférences - Céline ou la double imposture

Louis Destouches/Céline,
une double imposture

conférence tenue le 22 Mai 1999 dans le cadre de la journée Céline organisée par Association d'idées ; puis publiée dans la Lettre de la Psychiâtrie Française.


 medium_celine.jpg 

    Louis Destouches (1894-1961), docteur en Médecine, a soutenu une thèse consacrée à la vie et à l’œuvre de Philippe-Ignace Semmelweis, médecin hongrois né à Budapest en 1818, mort à Vienne en 1865, dont l’Histoire retient qu’il fut l’inventeur de l’asepsie.

Ignaz-Philipp-Semmelweis5mar1865.jpg

    Soixante pages lui suffisent pour décrire le destin d’un héros de la médecine, sûr de la justesse de ses vues contre le consensus, victime de l’incompréhension de ses contemporains, mort en martyr de ses convictions.

Philippe-Ignace Semmelweis

    Élevé à Pest, Philippe-Ignace adolescent quitte sa patrie pour se rendre à Vienne, afin d’y apprendre le Droit. Sans enthousiasme : il bifurque bientôt vers la médecine, après avoir assisté sans prévenir ses proches à un cours de pathologie puis à une autopsie. Il suit l’enseignement de Skoda, l’une des grandes figures médicales de l’Université de Vienne, rencontre Rokitanski, premier titulaire de la chaire d’Anatomie Pathologique. Passionné, le jeune hongrois travaille jusqu’à l’épuisement, démontrant une sensibilité extrême et une incapacité à composer avec les étudiants autrichiens qui raillent ses manières et son accent. Il retourne une première fois à Budapest, s’inscrit dans la toute nouvelle Ecole de Médecine que l’on vient d’y créer, en critique sans diplomatie l’enseignement, écrit en mauvais latin une douzaine de pages sur la vie des plantes et rejoint son Maître Skoda à Vienne. En 1846, il obtient sur concours le titre de chirurgien : occuper cette fonction, au milieu du XIXème siècle, n’expose pas au risque de développer un optimisme excessif, neuf interventions sur dix se terminant par un exitus. Semmelweis note lucidement « tout ce qui se fait ici me paraît bien inutile, les décès se succèdent avec simplicité ». L’absence de poste le détourne vers l’obstétrique : il est nommé alors assistant du professeur Klin, lequel dirige l’un des deux pavillons de l’Hospice général de Vienne où l’on vient accoucher. L’autre département est placé sous la responsabilité du professeur Bartch.

    Dès qu’il entre en fonction, Semmelweis est confronté à une situation très particulière : selon un principe d’alternance des admissions, chacun des pavillons accueille un jour sur deux les patientes parvenues à terme. Or, les jours de réception dans le pavillon de Klin, les femmes supplient qu’on les envoie dans le service de Bartch, certaines allant jusqu’à préférer accoucher dans la rue … C’est que l’on meurt beaucoup plus chez Klin que chez Bartch, de la fameuse fièvre puerpérale, qui tuait une femme sur cinq au XIXème siècle dans les jours suivant l’accouchement. Les statistiques démontrent une incidence comparable de cette affection terrible, tant à Paris qu’à Edimbourg, Berlin ou Turin … Destouches avance le chiffre de 96% de mortalité dans le service de Klin, en crise de recrutement et ne paraissant plus fréquenté que par les filles-mères et autres réprouvées.

    On invoque toutes sortes de raisons : la qualité du lait, les conditions hygrométriques, les causes telluriques et cosmiques. Plus médicalement, le toucher pratiqué afin de juger de l’ouverture du col de l’uterus provoquerait une inflammation d’autant plus s’il est réalisé par des étudiants inexpérimentés et brutaux et non par sages-femmes expertes et douces. Or, le service de Klin accueille des étudiants en médecine, tandis que le service de Bartch est fréquenté par les futures sages-femmes.

    Semmelweis passant de l’observation à l’expérimentation propose d’échanger les étudiants contre les sages-femmes : les statistiques de Klin se calment, celles de Bartch s’affolent. Une partie des étudiants est expulsée, Klin expliquant que les élèves étrangers propagent la fièvre puerpérale ; cependant qu’il prend en grippe son assistant hongrois.

    Lequel franchit un pas décisif lorsqu’il s’interroge sur ce qui différencie les deux groupes d’auxiliaires médicaux : il remarque que les apprentis médecins pratiquent des autopsies, et non les futures sages-femmes. La mort de son ami chirurgien Kollechka, des suites d’une blessure anatomique, suites dont le déroulement est comparable en tout point à celui de la fièvre puerpérale, confirme son intuition : des particules invisibles sont transportées d’un cadavre à un être vivant, que ce soit par un toucher ou une blessure de scalpel. Semmelweis n’envisage pas un instant que ces particules puissent être des organismes vivants, des animalcules, encore moins des bactéries : Louis Pasteur ne fondera les principes de la bactériologie qu’en 1865 lors de l’étude des maladies des vers à soie.  Mais constatant que les cadavres et le pus émettent une odeur, Semmelweis propose de désodoriser les mains des étudiants avant qu’ils ne touchent les parturientes : après avoir lui-même contaminé cinq femmes alors qu’il venait d’examiner une patiente atteinte d’un cancer du col de l’uterus, il impose le lavage des mains dans une solution de chlorure de chaux, c’est-à-dire, d’eau de Javel.

semmelweis.jpg

    Le taux de mortalité s’effondre. Semmelweis, alors âgé de trente ans, vient d’inventer l’asepsie, à partir d’une observation rigoureuse et sans le moindre fondement conceptuel scientifique. Il lui reste à convaincre ses pairs. Si Skoda, Hebra, Rokitanski sont à ses côtés, leur autorité n’est pas suffisante pour infléchir l’extraordinaire indifférence, voire l’hostilité, de la plupart de leurs confrères. Si bien que Semmelweis est révoqué en 1849 et banni de Vienne. Il retourne à Budapest, laquelle est alors en pleine effervescence, les hongrois tentant d’arracher sans succès leur indépendance à la tutelle autrichienne. Il survit dans des conditions misérables. Sept ans plus tard, un médecin allemand se suicide après avoir compris qu’il avait provoqué la mort de ses patientes faute de ne pas avoir respecté les précautions définies par Semmelweis. Celui-ci apprenant cette funeste nouvelle, rédige alors un opuscule, l’étiologie de la fièvre puerpérale, dont il accompagne la publication d’une lettre ouverte à tous les professeurs d’obstétrique, qu’il qualifie sans ménagement de criminels : «  pour moi, il n’est pas d’autre façon de les traiter qu’en assassins ». Cette dénonciation n’aboutit qu’au renforcement des attitudes hostiles et haineuses. Le célèbre obstétricien Dubois qu’il tente de convaincre à Paris, déclare sa méthode désuète.

semmelweiskindbettfiebers.jpg

    La suite des évènements est tragique : Semmelweis sombre dans la folie, Louis Destouches fait état d’affiches placardées sur les murs de Budapest dénonçant les risques encourus lorsque l’on fait appel à un accoucheur … les amis qui lui restent le conduisent à la maison des aliénés de Vienne. La thèse de Louis Destouches s’achève sur la description apocalyptique d’une autopsie au cours de laquelle Semmelweis débraillé et hurlant s’empare d’un scalpel, dissèque fébrilement un cadavre, se blesse et s’infecte … Il meurt le 16 Août 1865 à 47 ans.

    Cet épisode de l’histoire de l’asepsie est relaté ici sans style, simple enchaînement de faits et de dates, où nous avons souligné les temps forts du raisonnement et décrit brièvement les difficultés d’un médecin précurseur lorsqu’il prétend changer les habitudes de ses confrères. Comment Louis Destouches a-t-il travaillé à partir de cette trame, est le premier objet de cet exposé.

Louis Destouches

    La vie de Semmelweis est indiscutablement un beau sujet de thèse, qui fut probablement défini lors d’une conversation complice avec son beau-père, le professeur Follet, directeur de l’école de médecine de Rennes et spécialiste des maladies infectieuses. Cette histoire mèle en effet un destin hors du commun, un exemple particulièrement poignant d’une réflexion médicale scandée par des évènements dramatiques qui précipitent le raisonnement, hâtent les conclusions, dans l’ambiance particulière de la crise de l’empire austro-hongrois, où les oppositions politiques viennent renforcer les rivalités individuelles, dans un théatre où l’on meurt en mettant au monde, où l’on sent l’odeur des cadavres et des mourants, et où les découvertes les plus criantes d’évidence se heurtent à l’indifférence et à l’hostilité d’une caste.

    Disons-le tout net, la beauté du sujet est la seule concession que nous accorderons à Louis Destouches. Nous voudrions à présent apporter quelques précisions sur sa vocation, ses études et les premières années de son exercice médical.

    Après une adolescence incertaine, l’interruption de ses études secondaires, des séjours à Nice, en Angleterre, en Basse Saxe, après l’apprentissage approximatif du commerce de la bonneterie et de la bijouterie, Louis Destouches âgé de 18 ans s’engage en Octobre 1912 dans le 12ème régiment de cuirassiers. Au tout début de la grande guerre, il est blessé à Ypres d’une balle dans le bras droit laquelle lui vaut de recevoir la médaille militaire. Il est réformé, séjourne à Londres en 1915, au Cameroun en 1916, où il est employé par une compagnie forestière, s’occupe de plantations de cacao. Puis il regagne la France en 1917, vivant de petits travaux, livreur, factotum, secrétaire. Enrôlé par la mission Rockfeller dans la lutte contre la tuberculose, il s’impose comme orateur itinérant, faisant des conférences dans les écoles, battant la campagne dans une roulotte d’Hygiène.

celinemissionrockfeller.jpg

    La guerre s’achevant, il passe ses deux bachots, puis rencontre à Rennes le docteur Athanase Follet dont il épouse la fille Edith en 1919. Il réussit les épreuves du PCB en 1920, ses antécédents militaires et son statut d’ancien combattant lui valant de boucler ses études médicales en moins de cinq ans. Il ne fut jamais Interne, et les notes qu’il obtint aux différentes étapes de son cursus ne témoignent pas d’une ardeur au travail excessive. Son penchant pour la recherche scientifique ne dépassera jamais le stade du dilettantisme et sa contribution se résume à une étude sur Convoluta Roscoffensis, puis sur Gallerai Mellonella, à une publication sur les hémorragies minimes des gencives en clientèle, enfin à la mise au point d’un médicament destiné à rétablir l’équilibre thyroïdo-ovarien, la Basedowine. En 1931, il écrit un texte promotionnel pour le lancement des Comprimés Nican, des laboratoires Cantin, et contribue à la diffusion d'un somnifère, le Somnothyril.

    Le meilleur moyen d’éviter les difficultés diagnostiques, lorsque l’on ignore la pathologie, est de tout faire pour que les maladies que l’on ne saurait pas reconnaître ne surviennent pas. Destouches élabore un projet de médecine de dispensaire, intitulé prétentieusement « Doctrine d’Efficacité Médicale ». Au terme d’une affligeante série de pieuses déclarations d’intention, figure juste après le règlement du compte des spécialistes, l’élimination par tests des malades inutiles.

    La médiocrité médicale de Louis Destouches, l’inanité de ses idées, en font tout naturellement un chantre du style. À ce propos, il circule une idée qui taraude plus méchamment qu’une migraine la cervelle de l’auteur de ces lignes : la ponctuation des œuvres ultérieures de Destouches serait le fait de madame A.C., sténodactylographiste de son état, qui recevant en vrac sa production y aurait semé points et virgules au gré de sa fantaisie. Au regret de mettre un terme à cet aspect oulipien du style célinien, la typographie de la première édition de la thèse en 1924 est sans appel : le plus myope des lecteurs reconnaîtra à dix kilomètres la facture destouchiennes, grâce à la générosité avec laquelle sont distribués comme des rafales de mitrailleuse les points de suspension …  et chirurgicalement frappés les points d’exclamation !

    Attaquons-nous au traitement du sujet de la thèse : on peut apprécier diversement le lyrisme de l’introduction, l’évocation de la prise de la Bastille, du régicide, de la boucherie révolutionnaire, le détours par Austerlitz, l’allusion incompréhensible à Corvisart, l’hommage en passant à Napoléon … À cette entrée en matière déroutante, dépourvue du moindre projet de démonstration, de thèse au sens propre, au terme de laquelle le lecteur aura tout juste compris de quel côté de la barricade se situe Louis Destouches, succède l’évocation misérabiliste de l’enfance de Semmelweis. Lorsque l’on aborde enfin l’entrée en médecine de ce dernier, c’est sous le feu des poncifs : «  mais il y a loin du désir d’un père au destin de son fils ! » ; des tirades pompeuses : «  la médecine, dans l’Univers, ce n’est qu’un sentiment, un regret, une pitié plus agissante que les autres » ; des formules provocatrices, par exemple à propos de la première autopsie à laquelle assiste Semmelweis : «  lorsque la Médecine interroge un cadavre au couteau … »

lister.jpg

Joseph Lister

    Sous ce déluge de commentaires, pas grand-chose ne transparait de la réflexion historique qui s’imposait, sur le développement de la médecine, la coexistence austro-hongroise, les théories prémicrobiennes, l’opposition des conclusions et des propositions pratiques de Semmelweis et de Lister, l’inventeur de l’antisepsie et le découvreur de la maladie éponyme, qui font pourtant l’objet de polémiques posthumes au début du Xxème siècle. L’archaïsme émouvant de la pensée de la contagion chez Semmelweis, entre odeur pestilentielle et désodorisation salvatrice, n’est nulle part replacé dans son contexte. Louis Destouches ne décrypte pas, il opacifie l’histoire sous un torrent de considérations déplacées. Il ne relate pas, il frelate.

    Mais il y a pire : les libertés que Destouches prend avec les faits font frémir : falsifiées, les données statistiques ! Le professeur Tiberius de Gyory, hongrois, grand admirateur de Semmelweis, réagit à la publication dans la revue «  la presse médicale » de la contraction de la thèse sous le titre «  les derniers jours de Semmelweis  » ; qualifiant d’énorme exagération la statistique de 96% de mortalité avancée, que Pinart avait rectifiée, l’évaluant entre 16 et 31% ; falsifiés, les épisodes de la vie du médecin hongrois : les affiches n’ont jamais existé, sa mort même est travestie, dans une mise en scène grandguignolesque : le pauvre Semmelweis qui s’est effectivement blessé dans la discrétion d’un amphithéatre est mort tristement à l’hospice. Enfin, comble de la malhonnêteté intellectuelle, la lecture de ces soixante pages pourrait faire croire que Louis Destouches a redécouvert le médecin martyr, l’exhumant après soixante années d’oubli. Rien n’est plus faux : aucune mention de la réhabilitation du héros de l’asepsie, dont témoigne pourtant une impressionnante série d’articles et de biographies, depuis la lecture de Hegar à Tubingen en 1882 : le Lancet, le plus fameux journal médical du monde, titre «  Monument to Semmelweis  » en 1892 ; Rose à New-York, Young à Boston, un autre Young en Nouvelle-Zélande, Blumberg à Berlin, Hergot dans son traité d’obstétrique paru en 1902, accumulent les hommages et tracent des biographies élogieuses. En 1906, le français Pinard prononce le discours d’inauguration du monument dedié à Semmelweil à Budapest.

semmelweisbuste.jpg

    La vie malheureuse de Semmelweis telle qu’elle est retravaillée par Louis Destouches n’est pas une thèse au sens médical du terme. L’œuvre du hongrois a été largement commentée, les honneurs lui ont été rendus, l’Université hongroise s’intitule l’université Semmelweis à l’heure où la brochure est mise sous presse. Il ne s’agit pas même d’une relecture historique : les approximations, les à-peu-près, les omissions, le disputent aux falsifications et aux travestissements. Tout au plus, peut on parler d’une mise en scène hystérique de la mort du précurseur.

    « La vie et l’œuvre de Semmelweis » est le lieu d’une rencontre, entre la thématique célinienne et l’univers médical dans lequel évoluait Semmelweis : dans le registre du corps, la mort, la maladie, la putréfaction, le pus, les odeurs, les vers. La guerre ajoute les blessures, le sang, les amputations, les boyaux, les charniers. Dans le registre social, la médiocrité du plus grand nombre, des bourgeois, des professeurs ; leur bétise, leur mesquinerie, leurs intrigues, leur mauvaise foi, leur résistance à la vérité. Dans le registre moral, l’absurdité de la destinée, la desespérance sur terre, le destin inexorablement tragique des idées nouvelles. Exposé sous cet éclairage, Semmelweis est un double de Louis Destouches : l’un est précurseur, l’autre prophète ; le premier se heurta sa vie durant à l’incompréhension, le second à ses détracteurs ; tous deux condamnés par le même fatum.

celineedithfolletmariage.jpg

Mariage d'Edith Follet et Louis-Ferdinand Céline

    Cette identification comporte cependant quelques hic : lorsqu’il écrit sa thèse, Louis Destouches n’est ni rejeté ni même incompris : il vit très confortablement - certes après une enfance assez décousue -  avec son épouse, chez son beau-père professeur de Médecine ; il rencontre et séduit des médecins d’importance qui s’entichent de son bel esprit et lui assurent une protection. Certes encore, il a connu l’univers des casernes, et un peu de la guerre et de ses horreurs : mais que sont ces expériences, comparées à celles de la plupart de ses contemporains ? Il y aurait fort à dire sur les bénéfices secondaires que le cuirassier Destouches a su tirer de son passage sur le trajet d’une balle amortie par un ricochet, et de sa prodigieuse mythomanie. Ce n’est pas non plus un auteur malmené, à ce moment de son existence : la rédaction du Voyage, réalisée dans la douceur du cocon familial, sera suivie d’un accueil dityrambique de l’éditeur Denoël, puis d’une réaction favorable des comités de lecture de Gallimard, et enfin d’une publication dont 50.000 exemplaires seront rapidement vendus. Comme écrivain maudit, on a fait pire.

celinebagatelles.jpg

    Il nous a semblé que Destouches, tout identifié à Semmelweis qu’il puisse tenter de se présenter, allait devoir se donner bien du mal pour prétendre recevoir sa part du destin tragique de son modèle. Piètre praticien, il n’a rien inventé, et dispensera une médecine sans panache ni intérêt, qui ne compromettra pas la poursuite de son œuvre littéraire ; rejeté, il ne l’était pas encore lors de la rédaction de sa thèse, bien au contraire. L’analogie réside ailleurs : d'un côté, le médecin hongrois a démonté de manière éclatante un mode de transmission d’une maladie contagieuse ; effleurant l’identification des causes de l’infection : les germes, découverts vingt ans plus tard par Louis Pasteur ; et parvenant au seuil de la définition de l’antisepsie, que parachèvera Lister. De l'autre, Louis Destouches, transposant les observations de Semmelweis du domaine du vivant, qu’il connaissait si mal, dans le registre social, bien au-delà des quelques textes qu’il produira sur l’hygiène, se fera un devoir de dénoncer au monde entier, dans son œuvre littéraire, le germe qui pourrit la Société. Ce microbe, ce miasme, ce parasite, est bien sûr, le lecteur l’a deviné, le Virus Juif. Louis Destouches, médecin hygiéniste, devient, là, Céline, écrivain purificateur.

celinelouislambertmai1941conferencealinstitutdesqustionsjuives.jpg

Louis-Ferdinand Céline, Louis Lambert, conférence à l'Institut des Questions Juives, mai 1941

Docteur Benoît Kullmann

Date de création : 28/05/2008 : 03:31
Dernière modification : 29/11/2008 : 09:50
Catégorie : Conférences
Page lue 8936 fois


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article


Réaction n°4 

par 1932 le 04/09/2009 : 22:44

Pauvre Docteur (d?) Kullmann on aurait préféré Skull man mais on restera sur Cul-man l'homme cul qui pour être docteur en médecine trouve encore des années après cette publication la force mesquine et  basse, la haine de l'être médiocre, la rage du minable, la puissance du ressentiment de l'être qui vit dans une nuit mentale, de tenter de montrer aux yeux de tous le monde que LFC est une double imposture ! Sans nous demander si ce fameux et éminent médecin, Docteur pardon, pourra dépasser en réputation, en talent et en génie, plus de quelques secondes de postérité après avois laché ses derniers râles sentant le sapin de saling envieux sur le lit de sa mort, est d'origine juive comme son nom l'indique, nous tenons á lui mentionner que sa nullité intellectuelle n'a dégale que sa partialité exemplaire. Tout d'abord qu'importe la thèse de doctorat de Céline un génie littéraire est un génie, ensuite le choix de ses photos nous montre bien le sursaut plein de vindicte de ce petit pourchassé (pardon pas lui, les autres)  qui se sent d'un coup d'épée d'une conférence propre citer le nom de Céline, lorsque qu'il n'est qu'un simple petit mange-merde haineux et vociférateur qui rabache encore l'antisémitisme de Céline comme argument contre son génie littéraire et qui sait médical. Et troisième point je pense que reprocher á un écrivain qu'il ne soit pas dans la misère est digne de revenir á l'image réelle malheureusement  pour certains que tous les auteurs et génies doivent êtres maudits et sans le sous comme des Léon Bloy. Je voudrais bien savoir combien pèse monsieur le 'Docteur Kullmann" certainement  une grosse panse abjecte pour pouvoir dire avec Brel tros gros pour être honnête ! Donc Monsieur Cul- Man merci encore pour cette double imposture moi aussi je suis docteur mais ce n'est pas un titre que j'arbore pour pouvoir dire quelque chose de véridique et de pensé. Citation n'est pas raison et les titres !!!!!!!!!!!!!!  c'est pour les pitres et ça fait souvent rire, alors restez décent et continuez á lancer á tout vent votre schibboleth, et surtout retournez á votre petite vie médiocre et minable de docteur á deux francs six sous, sur ce Monsieur je vous laisse, To the happy few dont vous ne faites visiblement pas partie !

Réaction n°3 

par Herve le 20/12/2008 : 09:01

J’ai du mal à saisir le propos...

Céline était un odieux antisémite, sa thèse était tout aussi médiocre que celles de l’immense majorité des carabins d’aujourd’hui (et sans doute d’alors), et puis ?

Le Voyage au bout de la nuit et Mort à crédit en font un des plus grands écrivains français du XXe siècle, aux côtés de Proust (qui n’était pas antisémite mais qui devait être fameusement chiant dans son genre, il n’est que de lire sa correspondance).

Réaction n°2 

par anonyme le 19/10/2008 : 00:28

Suite à la réaction No1, je voudrais aussi souligné que le 'rare talent poétique' de L-F Céline a aussi imspirén Pierre Perret, que l'histoire littéraire oubliera aussi peut-être, dans une chanson dont le texte est pour le moins percutant:
 
Ferdinand

Paroles et Musique: Pierre Perret
 
J'ai crû découvrir un grand écrivain.
J'avais dix huit ans quand j'ai lu "l'Voyage"
Puis "Mort à crédit" et après, plus rien
Que des mots fascistes. J'ai tourné la page.
Il aidait les pauvres autant qu'les chatons.
C'est c'qu'il prétendait mais il n'aimait guère
Tout c'qui était négro Judéo-saxon,
D'la grain' de racaille et de rastaquouère.
 
Oui, c'est toi qui a écrit ça.
Sois fier car c'est grâce à toi
Que tous les mal-blanchis n'ont pas fini
Leur voyage au bout d'la nuit.
 
{Refrain:}
As-tu gagné le ciel, Ferdinand ?
Est-ce que Dieu n'aime que le sang bleu ?
Le racisme chez toi polluait le talent.
Tu étais pas un bien joli monsieur.
 
" Racisme d'abord, racisme avant tout,
Racisme suprême et désinfection. "
C'est c'que tu écrivais dans "Je suis partout".
Pour toi, Buchenwald fût "la solution".
Tu disais : " La race doit être épurée
Des Juifs, des bougnouls " et, pour illustrer
L'invention verbale dont tu étais si fier,
Tu affirmais : " Je m'sens très ami d'Hitler. "
 
{Refrain}
 
Tu écrivis un jour pour ta grande gloire
Que " l'union impure qui rapproche la
Femm' de ménag' blanche et le facteur noir,
C'est sang dominé et sang dominant. "
 
Ton ami Hitler, Louis-Ferdinand,
Aurait pû te dire, tant il est notoire,
Que l'sang dominé et l'sang dominant
Ont la mêm' couleur au four crématoire.
 
{Refrain}
 
Mais ce ne sont là qu'épin's d'acacia
D'un p'tit chansonnier d'agaçants propos
Qui f'ront ricaner l'intelligentsia
Et les nostalgiqu's de la Gestapo.
 
Oui, c'est toi qui a écrit ça.
Sois fier car c'est grâce à toi
Que tous les mal-blanchis n'ont pas fini
Leur voyage au bout d'la nuit.
 
{Refrain}
As-tu gagné le ciel, Ferdinand ?
Auquel cas, tu dois pas être heureux
Car, si c'est vrai, ce que l'évangile nous apprend,
Les négros vont aussi dans les cieux.

Réaction n°1 

par Merluret le 15/10/2008 : 10:10

Monsieur Kullmann est sans doute un grand médecin, un excellent et passionnant conférencier (ah ! son Apollon et Marsyas !) mais un certain fanatisme intellectuel l'amène parfois à affirmer des contre vérités. Comme il semble peaufiner sa conférence sur "L.-F. Céline et Semmelweis - la double impposture", signalons lui que ce qu'il appelle (dans son 5e paragraphe avant la fin de sa conférence), de la part de Céline " le comble de la malhonnêteté intellectuelle" pourrait se retourner contre lui.
Le docteur Kullmann reproche en ces termes violents à L.-F. Céline de n'avoir pas cité ses sources, ses prédécesseurs, et donne une liste de plusieurs études sur Semmelweis ayant précédé la thèse de Louis Destouches. Or dans la thèse de L. Destouches, tous les noms et titres que brandit rageusement le Dr Kullmann comme preuve du " comble de malhonnêteté intelllectuelle" sont imprimés noir sur blanc dans la bibliographie de la thèse de Louis Destouches. Il n'est que de consulter "Cahiers Céline 3, Semmelweis et autres écrits médicaux", Gallimard, 1977 et rééditions, p.79.
Monsieur Kullmann est un éminent médecin et un conférencier brillant, mais l'histoire littéraire, impitoyable, oubliera son nom et comme les Professeurs Brindeau, Mondor, ou Tailhefer, penchera en faveur du docteur Destouches, ce médecin de banlieue, ce médecin des pauvres, ce médecin de dispensaires, qui, dès sa thèse de médecine fit preuve d'un rare génie poétique. La preuve : il inspire encore le Docteur Kullmann...


Arcs-en-ciel


Cliquer pour agrandir

Colonne Démocrite
democritemoreelsepetit.jpg
Recherche




Webmaster - Infos
Encore plus d'articles

Fermer Tandem on the Rocks

Fermer Le congrès de l'île de Reil

Fermer J.O : l'espace Winston Churchill

Fermer Grand concours d'architecture

Fermer notre arc-en-ciel quotidien

Fermer Musées du monde

Fermer Madones

Fermer Musée du monstre

Fermer Drôle de Musée

Fermer Les citrons de Mademoiselle µµ

Fermer Jeu collectif

Fermer Solution du Jeu collectif

Fermer Romulus et Rebus

Fermer Grand Jeu : un tableau dans le tableau

Fermer Solution du Grand Jeu : un tableau dans le tableau

Fermer Petit Jeu : echos

Fermer Solutions du Petit Jeu : echos

Fermer Le kiosque à musique

Fermer Culture pour tous

Fermer À la Vache folle et au Mouton qui tremble

Fermer ARE U DEAD

Fermer Esprit Faux

Fermer Voyage Aux Amériques

Fermer Voyage en Sinistrosie

Fermer Dossiers de presse

Fermer Le ciment du couple

Fermer Voeux

Traducteur Google
    
    
    
    
    
Échanges neuro-psychiatriques
Les conférences neuro-psy : introduction et programme

la XIe Journée : Croyance


Philippe Barrès : Croyance et savoir 15.I.2011

Michel Benoît : Croyances et suicide 15.I.2011

Dominique Pringuey : Croyances et délire 15.I.2011

Michel Borg : Egon Schiele (pdf) 15.I.2011

Saïd Bensakel : Diables et démons au cinéma 15.I.2011

Benoît Kullmann : Incrédulité 15.I.2011

la XIIe Journée : le Rêve 7.V.2011

Dominique Pringuey : Phénoménologie du rêve 7.5.2011

Faredj Cherik : Clinique du rêve
7.5.2011

Sandrine Louchard de la Chapelle :
7.5.2011

Patrick Amoyel : le rêve et la psychanalyse
7.5.2011

Conférence La part du rêve  le 7.V.2011 Nice

la XIIIe Journée : la pensée magique 8.X.2011

P.Martin Paris VI : L’effet placebo et nocebo du point de vue du pharmacologue

Michel Borg :
Vertus des plantes et maladie de Parkinson

Michel Benoît :
Effet placebo et traitement de la dépression

J.P. Cibiera :
Effet analgésique de l’Hypnose

Henri Daran :  
Pensée Magique ou histoire du réel ? Crises de la présence et pluralité des mondes

Patrick Amoyel :  Pensée Magique et Suggestion


la XIVe Journée : Neuropsychiatrie de la Volonté 4.II.2012

Benoît Kullmann : La Volonté : une faculté sans domicile fixe ? À propos de la décomposition de la Volonté. 

Philippe Barrès :
Troubles de la motivation : la ronde des concepts

Sandrine Louchart de la Chapelle :
Névrose obsessionnelle : une maladie de la Volonté

Bruno Giordana :
Le surhomme et les excès de la volonté maniaque : Fredéric Nietzsche et les antinomies existentielles

Patrick Amoyel :  la volonté, Spinoza, Freud, Lacan, le Vide et le Yin du rein chinois 

Éditions BKNeuroland
Éditions BKNeuroland



Le rivage des Sites
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
25 Abonnés
^ Haut ^