Arcs-en-ciel


Cliquer pour agrandir

Colonne Héraclite
heraclitemoreelsepetit.jpg
Articles

Fermer Paul Richer, parrain virtuel de Neuroland-Art

Fermer Rhétorique du caméléon

Fermer Chroniques de l'arc-en-ciel

Fermer Chroniques de l'arc-en-ciel : V-Junon et Argus

Fermer Chroniques de l'arc-en-ciel : VI-la femme à la balance

Fermer Chroniques de l'arc-en-ciel -VIII De Newton à Goethe

Fermer Chroniques de l'arc-en-ciel : X-Synesthésies

Fermer Conférences

Fermer Conférences Neuropsy

Fermer Conférences de Montréal

Fermer Recensions

Fermer Projet MNM

Fermer Histoire de l'albinisme

Fermer Le touit de Schubert

Fermer Les pyrosis d'Emilio Campari

Fermer Le petit Carton Rouge de Pavu Paprika

Fermer Le coup de fourchette de Jean Piffre

Fermer La page musicale de Jean-Luc Delut

Fermer Le Neurone cinéphile de Saïd Bensakel

Fermer Méchant Léon, pilier du Furibar

Fermer Lydia Procusto

Fermer Les aphtères de Vrémon Penau

Fermer Le rayon des invendus

Fermer Jouvence

Fermer Le cerveau des philosophes

Fermer La Rubrique néo-natalogique de Klou de Montsercueil

Fermer Souvenirs d'un disque mou

Fermer Cent ans de Sinistrose

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Calendrier
Demandez le programme !
14/05/08 Conférence Benoit Kullmann : actualités Parkinson 2008 Café des Arts place Yves Klein Nice 06000

29/05/08 Conférence Jean-Luc Delut : la musique du XIXème siècle : Beethoven 4Bd de Cimiez le Majestic NICE 06000

30/05/08 Conférence Pierre Lemarquis : Musique et Alzheimer Hôpital de Cimiez Nice 06000

14/06/08 Conférence Benoit Kullmann : Paramnésie reduplicative ( Magritte et la neurologie)

15/09/08
Conférences Benoit Kullmann : le concept de maladie neurodégénérative ; la paralysie supranucléaire progressive, naissance et démembrement ;  le neurologue, entre dégénérescence cortico-basale et syndrôme cortico-basal : IUGM, Montréal 9H-12h

17/09/08 Conférence Pierre Lemarquis : la cognition motrice à travers l'exemple de Glenn Gould Centre des Sciences de Montreal

22/09/08 Conférences Benoit Kullmann : les démences fronto-temporales ; la chorée de Huntington IUGM, Montréal 9H-12h

23/09/08 Conférences Benoit Kullmann : la démence à corps de Lewy ; les atrophies multi-systémiques ; le neurologue et l'hystérie  IUGM, Montréal 9H-12h

2/10/08 Conférence Benoit Kullmann : la neurologie au féminin

21/10/08 Conférence Jean-Luc Delut : la musique du XIXème siècle : Schubert

25/10/08 Conférence Pierre Lemarquis : Musique et Dopamine 2nd World Congress on Controversies in Neurology Athènes

20/11/08 Conférence Benoit Kullmann : variations sur la maladie d'Alzheimer I

12/12/08 Conférence Pierre Lemarquis : De Jean-Sébastien Bach à la Télécommande cérébrale CVCI

13/12/08 Conférence Benoit Kullmann : le sens de la douleur ; Apollon et Marsyas

05/02/09 Conférence Jean-Luc Delut : De Jean-Sébastien Bach à la Télécommande cérébrale CVCI

07/02/09 Conférence Pierre Lemarquis : Musique et Alzheimer

18/04/09 Conférence Benoit Kullmann : Inhibition et créativité

12/05/09 Conférence Michel Borg : Actualités de la maladie de Parkinson

12/05/09 Conférence Benoit Kullmann : Peinture et dopamine

12/05/09 Conférence Pierre Lemarquis : Musique et dopamine

13/06/09 Conférence Benoit Kullmann : de la chéloniophilie

20/06/09 Conférence Benoit Kullmann : Paul Richer et l'environnement artistique de Charcot

04/07/09 Concert Francine Guillouët - De Salvador : Schubert

04/07/09 Conférence Jean-Luc Delut : Schubert

08/07/09 Conférence Oury Monchi : Neuroimagerie fonctionnelle des connexions fronto-striatales : Neuroimaging studies in Parkinson¹s disease. Centre Hospitalier Princesse Grace, Monaco 17 H

09/09/09 Conférence Benoit Kullmann : Fiat Lux :  de la musique des sphères aux couleurs de l'arc-en-ciel Dusseldorf

09/09/09 Conférence Pierre Lemarquis : Lux Fiat : Et la lumière fut: "J.S.Bach, du cerveau bien tempéré à la théorie du chaos : cerveau, musique et mathématiques Dusseldorf

19/09/09 Conférence Benoit Kullmann : Magritte et la mémoire

08/10/09 Conférence Benoit Kullmann : l'image, entre virtuel et actuel C.U.M 21 H

26/11/09 Conférence Benoit Kullmann : L'esprit faux : du cerveau des facultés au cerveau des catégories

01/12/09 Conférence Michel Borg : Parkinson et dépression

01/12/09 Conférence Benoit Kullmann : l'art et le prosélytisme de la dépression

03/12/09 Conférence Jean-Luc Delut : Bach III ; rhétorique de la musique

05/12/09 Conférence Philippe Barrès : le What et le Where

05/12/09 Conférence Sandrine Louchart de la Chapelle : mémoires et émotions : « Une nouvelle dimension de la mémoire humaine »

08/12/09 Conférence Benoit Kullmann : douleur et théorie de l'esprit

09/12/09 Conférence Bruno Lussiez : anatomie de la crucifixion (association ARD, invitation du Dr Haiel Alchaar, fondateur)

09/12/09 Conférence Benoit Kullmann : de la poétique à la politique de la douleur (association ARD, invitation du Dr Haiel Alchaar, fondateur)

xx/12/09 Conférence Benoit Kullmann : le cerveau est-il une machine ?

16/01/10 Conférence Benoit Kullmann : le regard et l'image mentale

27/02/10 Conférence Pierre Lemarquis : Sérénade pour un cerveau musicien : plasticité neuronale

27/02/10 Conférence Benoit Kullmann : L'esprit faux : un cerveau en matière plastique ?

06/03/10 Conférence Benoit Kullmann : la construction du cerveau, I : de la Vanité à la Prétention, Ajaccio, Corse

25/03/10
Conférence Benoit Kullmann : les démences de type Alzheimer : actualisation des concepts, actualité thérapeutique

10-17/04/10 Conférence Benoit Kullmann : le concept de maladie neurodégénératives : nouvelles perspectives Montréal

10-17/04/10 Conférence Benoit Kullmann : un neurologue en visite au musée de Montréal

24/04/10 Conférence Pierre Lemarquis : Sérénade pour un cerveau musicien, Nice

24/04/10 Conférence Philippe Barrès : Alzheimer et musique Nice

24/04/10 Conférence Michel Borg , D. Bellevy : maladie de Parkinson, voix et chant Nice

24/04/10 Conférence Jean-Luc Delut  : psychanalyse de la musique Nice

24/04/10 Conférence Dominique Pringuet  : Blues et dépression Nice

24/04/10 Conférence Benoit Kullmann : Les dysprosodies, Nice

5/06/10 Conférence Benoit Kullmann :  (ombres au tableau) I renaissance et seconde mort de l'ombre   II la naissance de la peinture Séville III contours : le regard en action

18/06/10 Conférence Benoit Kullmann : un fantôme dans le Tableau Neurologique Nîmes

29/06/10 Conférence Benoit Kullmann  : les démences de type Alzheimer, Nice

5.07.2010 Conférence Benoit Kullmann : la maladie d'Alzheimer : du mythe à la mystification, Nice

09/09/10 Conférence Pierre Lemarquis : Sérénade pour un cerveau musicien, Mouans Sartoux

11/09/10 Conférence Benoit Kullmann : Le concept de maladie dégénérative (short version) Saint Paul

2.10.2010 Conférence Benoit Kullmann : un cauchemar cognitiviste, Nice

9.11.2010 Conférence Benoit Kullmann : actualité du problème XXX du pseudo-Aristote, Cannes

16.11.2010 Conférence Benoit Kullmann : le concept de maladie neuro-dégénérative (version longue), Nice

9.12.2010 Conférence Benoit Kullmann : l'attention, au delà du symptôme, Paris


13.01.2011 Conférence Benoit Kullmann :
Les complications neurologiques du diabète Nice

15.01.2011 Conférence Philippe Barrès: Croyance et Savoir  Nice

15.01.2011 Conférence Michel Benoît: Croyance et Suicide  Nice

15.01.2011 Conférence Michel Borg : Vrai et Faux mouvements anormaux chez les personnes célèbres   Nice

15.01.2011 Conférence Dominique Pringuey Croyance et Délire  Nice

15.01.2011 Conférence Saïd BensakelCroyances au cinéma : Diables et Démons Nice

15.01.2011 Conférence Benoit Kullmann :
L'incrédulité Nice

28.01.2011 Conférence Philippe Barrès : Troubles précoces du Langage et de la communication Marseille

28.01.2011 Conférence Pierre Bonhomme : Que reste-t-il du syndrome psycho-organique de Bleuler ? Marseille

29.01.2011 Conférence Benoit Kullmann : Préhistoire de la démence Marseille

.2011 Conférence Benoit Kullmann : Hommes au bord de la crise de nerf facial Nice

17.II.2011 Conférence Benoit Kullmann : Le concept de maladie dégénérative (very short version) Nice

19.II.2011 Conférence Pierre Lemarquis : aimer Jeff Koons est-il un signe de Maladie d’Alzheimer ?  La Celle


Conférence Le cerveau des Jésuites revisité I et II Fascination et Sidération  La Celle le 19.II.2011

Conférence Le concept de maladie dégénérative (long version) Monaco le 23.III.2011

Conférence Sexe, Grogs and Bacchanal's Bordeaux le 26.III.2011

Conférence Synesthésies Nice le 5.IV.2011

Conférence Le concept de maladie dégénérative (very short version) Nice le 14.IV.2011 Nice

Conférence Crise, lorsque les corps, la nature et les sociétés se répondent  Nice le 15.IV.2011 Nice

Conférence La part du rêve  le 7.V.2011 Nice

Conférence Jean-Martin Charcot and Paul Richer: Building a
bridge between neurology and art. Copenhague le 14.V.2011

Conférence La neurothéologie : comment les neurosciences ont-elles accommodé la  théologie  le 21.V.2011

Conférence Le cerveau des philosophes : l'École d'Athènes  le 23.V.2011

Conférence Expressions de la douleur le 22.VI.2011 Nice

Conférence Renoir et la polyarthrite le 25.VI.2011 Cagnes sur mer

Conférence Tchaïkowsky : variations sur le thème de l'âme slave  le 10.VIII.2011 Santa Reparata, Corse

Conférence Approche phénoménologique et anthropologique de la fibromyalgie  le 18.IX.2011 Nice

Conférence Jean-Martin Charcot and Paul Richer: Building a
bridge between neurology and art. Budapest le 24.IX.2011


Conférence Peindre l'altération de la familiarité le 1.X.2011 Monaco (podcast youtube)

Conférence Vingt neuf ans après  le 1.X.2011 Mougins

Conférence consignes d'approche de la méthode phénoménologique  le 6.X.2011 Nice

Conférence Des passions aux émotions  le 7.X.2011 Bordeaux

Conférence L'hystérie, fin XIXe siècle  le 8.X.2011 Cannes

Conférence Lost in Temptations (À la recherche des Tentations perdues de Saint Antoine) Amsterdam, le 22.X.2011

Communication Contribution de Raphaël à l'iconographie épileptologique le 12.XI.2011 Bordeaux

Conférence La douleur sur le champ de bataille (Charles Bell, de la douleur au douloureux) 17.XI.2011 Congrès Franco-Maghrébin Nice

Conférence Magritte, un peintre neurologique
18.XI.2011 San Remo

Conférence Des passions aux émotions : le point de vue du peintre et celui du musicien 19.XI.2011 San Remo

Conférence Fibromyalgie le 25.XI.2011 Nice

Conférence Fatigue (la naturalisation de la fatigue) le 3.XII.2011 Strasbourg

Conférence Narcisse, Echo et le mythe des neurones miroirs le 16.XII.2011 Nice Mamac     Cercle Castellion

Conférence Neurosciences et liberté le 13.I.2012 Café Philo La Colle sur Loup

Conférence Le souffroir le 26.I.2012 Nice D.U. Phénoménologie

Conférence Conscience et hallucination (Les hallucinations dans la maladie d'Alzheimer) le 27.I.2012 Congrès du G.R.A.L Marseille

Conférence la Volonté, une faculté sans domicile fixe le 4.II.2012 Nice XIVe Journée Neuro-Psychiatrique


Conférence L'arc-en-ciel nationaliste Abbaye de la Celle le 18.II.2012

Conférence La douleur et la mémoire Nice le 23.II.2012 Association A.R.D.

Conférence Illustration de quelques pathologies neurologiques dans la peinture Majorque le 25.III.2012

Conférence D'une Leçon à l'autre, une théorie de l'imitation fin XIXe Nice le 5.IV.2012 Journées Nationales de Neurologie de Langue Française

Conférence Le rêve Nice le 6.IV.2012 Cannes, Université inter-âges


Conférence Edgar Poe, la philosophie de l'ameublement le 14.IV.2012 Monaco

Conférence Actualité sur les syndromes parkinsoniens 3.V.2012 Nice

Conférence  le 12.V.2012, Les noces arrangées du génie et de la folie Saint-Tropez

Conférence  le 13.V.2012, Enquête sur Edgar Poe : travaux pratique sur les liens du génie et de la folie Saint-Tropez

Conférence  le 22.VI.2012, Le danger Porto Fino

Communication le 6.VII.2012 ambigüité de l'expression faciale ; à propos d'une oeuvre de James Ensor

Conférence le 7.VIII.2012 De la musique des sphères aux couleurs de l'arc-en-ciel Festival Musica Classica, Santa Reparata di Balagna

Conférence le 29.IX.2012 Les disconnections expérimentales Maison du séminaire, Nice

Conférence le 23.X.2012 Art et Parkinson : Beckett, Giacometti, l'immobilité, Nice

Conférence le 15.XI.2012 Le souffroir Société de Phénoménologie Clinique et de Daseinsanalyse de Nice

 
Conférence Better no brain than bad brain

Conférence 
le 1.XII.2012, Magritte et la sémiotique : un peintre neurologique Nice

Conférence le 16.II.2013 Mélomanie de Nietzsche Abbaye de la Celle, Nice

Conférence le vendredi 12 Avril 2013 Les maladies de Nietzsche Journée Nietzsche, Nice 


2011 Conférence Benoit Kullmann : peinture et philosophie : l'École d'Athènes, Nice

2011 Conférence Benoit Kullmann : peinture et philosophie : un rythme à quatre temps : Aristote et Platon, Héraclite et Démocrite, Nice

2011 Conférence Benoit Kullmann : peinture et philosophie : mais que font les stoïciens, Nice

2011 Conférence Benoit Kullmann : le cerveau des philosophes : le cerveau de Descartes

2011 Conférence Benoit Kullmann : le cerveau des philosophes : le cerveau de Kant
La page musicale de Jean-Luc Delut - L'élève de Beethoven

 Jean-Luc Delut

L’élève de Beethoven

( Copying Beethoven)

   Enfin, un film sur la musique digne d’intérêt. Après le remarquable « Amadeus » de Milos Forman, le formidable « Tous les matins du Monde » d’Alain Corneau, l’intéressant « Ludwig Van B. » de Bernard Rose, le très moyen « le Maître de Musique » de Gérard Corbiau et l’abominable « Jean-Sébastien Bach » de Jean-Louis Guillermou, et quelques autres (Le Neveu de Beethoven, La Chronique d’Anna-Magdalena Bach que j’ai vu, il y a très longtemps, et dont je ne me souviens plus), « L’élève de Beethoven » (traduction française du film) d’Agnieszka Holland mérite notre respect et votre intérêt.

copyingbeethoven1.jpg

    Certes, il s’agit d’une fiction, le personnage de l’élève jouée par Diane Kruger (qui est en réalité copiste et non pas élève) n’ayant pas existé mais le portrait de Beethoven, magnifiquement interprété par Ed Harris, est juste : bourru, grossier, d’un orgueil démesuré mais d’une profonde tendresse, en manque incommensurable d’amour, puissant, désespéré et émouvant. Comment ne pas comprendre cet homme dont la seule vocation est la musique et que la nature rend sourd. Comment ne pas devenir enragé devant une telle injustice ? Sa musique sera le réceptacle de cette rage, sa catharsis qui lui permettra de survivre malgré son désir de mettre fin à ses jours comme en atteste le testament d’Heiligenstadt. Cette surdité en aurait anéanti plus d’un mais doté d’une immense force intérieure, il parviendra, malgré une succession d’épisodes dépressifs, à surmonter son infirmité et à composer parmi les plus belles oeuvres du répertoire musical occidental. « C’est l’art, et lui seul, qui m’a retenu » comme il l’écrira dans le même testament. Il compose par nécessité biologique comme le dira plus tard Heitor Villa Lobos en parlant de lui-même et c’est cette même nécessité alliée à une croyance indestructible en la supériorité de son métier de compositeur et à sa foi en la Musique qu’il considère comme une révélation au-delà de toute sagesse et de toute philosophie (précédant ainsi la pensée schopenhauerienne) qui le détermineront à continuer, contre vents et marées, à composer, encore et toujours, jusqu’à ce dernier jour de Mars 1827.

copyingbeethoven2.jpg

    Pour ses nombreux commentateurs, cette surdité sera le catalyseur de son génie ; coupé des sons, des musiques à la mode, son langage se modifiera pour aboutir à un style propre dépourvu de connotations mercantiles, à une musique pure, honnête, sincère sans souci de plaire (mis à part la Victoire de Wellington que lui-même jugera comme une bêtise). Plaire n’était pas son souci majeur ce qui est un luxe que peu d’artistes peuvent se permettre mais lui le pouvait ; l’admiration des aristocrates viennois était telle que, quelles que soient ses frasques, ses déclarations déplacées voire injurieuses, leurs estimes lui étaient indéfectibles. Il fut l’un des premiers musiciens à être considéré comme un quasi-héros national.

copyingbeethoven31.jpg

    Rendu solitaire et méfiant par la force des choses, l’image qu’il donne de lui est parfaitement restituée par le film. Homme de paradoxe, derrière cette façade d’ours, d’asocial, se terre un amour immodéré pour l’humanité et un défenseur de la liberté qui se concrétiseront dans la mise en musique de l’Ode à la Joie de Schiller (9ème symphonie) et dans l’écriture de ses derniers quatuors et de sa Grande Fugue, épitaphes musicaux au langage révolutionnaire qui ne commenceront à être apprécié du grand public qu’un peu moins d’un siècle plus tard.

    Bien sûr, comme une majorité de grands compositeurs, il est convaincu d’être la voix de Dieu qui, comme il le dit dans le film, « ne lui parle pas mais hurle à ses oreilles ». Il se prend pour l’Elu, celui que Dieu a choisi pour chanter son Amour de l’Humanité. Tout cela vous paraîtra bien excessif mais sans cette certitude viscérale, Beethoven, Bach, Mozart et bien d’autres auraient ils été ce qu’ils furent ? Sans cette foi orgueilleuse en leur talent, auraient ils composés les chefs d’oeuvre qui enchantent nos ouïes et nous font accéder au « sublime » musical ? L’orgueil n’est il pas l’aiguillon du dépassement ?

copyingbeethoven6.jpg

    Certitude viscérale, ai-je écrit. Viscéral s’applique aussi à la musique comme nous le rappelle un des dialogues du film. Pour durer, elle doit aussi s’inscrire dans le corps, « partir des tripes », s’enraciner dans nos propres rythmes. Cette composante essentielle est difficile à définir en termes musicaux mais cette puissance physique, sensuelle voire charnelle se retrouve chez tous les grands compositeurs. Nietzsche, avant Freud, sera l’un des premiers à créer un parallèle entre la puissance créatrice et l’énergie sexuelle et je reste persuadé que ce lien existe, non pas tant en rapport avec la vigueur sexuelle qu’avec l’énergie interne dont la sexualité n’est qu’une des manifestations. La Musique, de par l’utilisation de l’amplitude sonore (des super-graves aux super-aigus) permet de jouer sur des hauteurs et des registres différents qui, chacun à leur façon, symbolisent une partie du monde et de notre être. Les graves sont pour la terre, le minéral, l’animal qui est en nous, notre cerveau reptilien, les médiums pour les hommes en rapport avec leur environnement, leur cerveau mammalien et les aigus pour le ciel, le divin et notre néocortex. (Je prie mes lecteurs neurologues de m’excuser de cette analogie un peu rapide et facile, d’autant plus que la théorie du cerveau triunique est aujourd’hui discutée mais je la trouve poétiquement séduisante. Bien sûr, cette approche analogique est critiquable et la vérité ne saurait être déduite de cette seule analyse mais nos conceptions du monde ont été façonnées par cette pensée depuis la nuit des temps et, à ce titre là, elle mérite d’être considérée comme un des éléments structurants de notre rapport au monde (un, parmi beaucoup d’autres, de nos systèmes de pensée). De plus, elle est omniprésente en musique comme j’aurai l’occasion de vous en parler prochainement.) Le compositeur qui saura mettre en résonnance ces 3 niveaux comme Beethoven, Bach, Haendel, Vivaldi, Mozart, Schubert, Chopin, etc…, saura inscrire ses oeuvres dans l’intemporel. Tout cela vous paraît un peu nébuleux mais là réside tout le mystère du génie musical et derrière le mystère que trouve t’on sinon une nébuleuse de point d’interrogation, prouvant, par là-même, toute la complexité du monde. Beaucoup (musicologues, historiens, etc…) cherchent à expliquer de façon rationnelle le « pourquoi » du succès d’untel ou d’untel mais peut-on véritablement donner une assisse rationnelle à ce qui relève avant tout du sensible et de l’émotionnel. Pourquoi préfère-t-on Bach à Telemann, Vivaldi à Geminiani, Beethoven à Clémenti, Mozart à Gossec ou Salieri, Schubert à Hummel, Chopin à Spohr,… ? Par méconnaissance, me direz-vous, par habitude culturelle, les médias favorisant ces compositeurs pour des raisons commerciales au détriment des autres. Vous auriez en partie raison mais en partie seulement car tous ces « seconds couteaux » (excusez l’aspect péjoratif de cette formule car certains d’entre eux ont, ponctuellement, écrit de très belles choses) se trouvent dans l’édition musicale mais aucun n’a rencontré le succès posthume des premiers. Pourquoi ? Là réside le mystère du génie et de l’inspiration artistique, le mystère de la capacité à l’universalité. Pour Claude Lévi-Strauss, la Musique reste « le suprême mystère des sciences de l’homme en nous faisant accéder à une sorte d’immortalité ». Mais, cette puissance n’a pas été donnée à tous. Beethoven en détenait certaines clés.

copyingbeethoven3.jpg

    Ce film est réussi à bien des égards : interprétation éblouissante d’Ed Harris, décor, qualité de l’image, émotions. De plus, sa structuration en 3 parties pourrait faire penser à la forme sonate et son organisation tripartite : exposition, développement, réexposition. Dans l’exposition, nous faisons connaissance avec Beethoven et l’écriture de la 9ème dont le 4ème mouvement se trouve déjà en germe dans une fantaisie pour piano, choeur et orchestre (op80) composée en 1809 soit 15 ans avant la 9ème. Dans le développement, nous avons la superbe scène de la 1ère représentation qui ne pourra laisser insensible , même le coeur le plus endurci, et dans laquelle se dévoile cette magnifique symphonie pour le bonheur des yeux et des oreilles des spectateurs. Dans la réexposition, nous voyons un Beethoven, dans le même environnement que lors de l’exposition, mais adouci, émouvant, à la recherche d’un nouveau langage avec sa Grande Fugue (op 133).

copyingbeethoven4.jpg

    Le scénario n’est pas indemne de critique et j’aurais aimé que le processus créatif soit évoqué avec plus de force, que l’inspiration, grand mystère de la création, y soit abordé au moins de façon métaphorique mais il faut reconnaître qu’aborder la Musique au cinéma relève d’une véritable gageure. L’image capte et retient l’attention et nous empêche de nous mettre en situation de « lâcher-prise », condition essentielle à l’écoute voire la contemplation musicale. L’image prend le pas sur la Musique avec le risque de sombrer dans le « mélo » le plus déplacé avec des images suscitant plus des larmes de pitié que de bonheur. La Musique ne doit pas servir la pitié mais au contraire nous faire entrer en communion avec quelque chose d’autre, l’ineffable ou ce que Malher appelait « l’autre monde ». Il y a, chez tous les grands compositeurs, une dimension mystique dans leur Musique (par mystique, je n’entends pas une rencontre avec Dieu, loin de moi cette idée mais plutôt une voie d’accès spirituelle vers une autre forme de connaissance, plus intérieure, éminemment sensible dans laquelle notre être se fond avec le Tout comme le décrit merveilleusement Cioran au début de son « Livre des Leurres ») que le cinéma aura toujours du mal à rendre car seule, l’écoute intériorisée, sans élément extérieur perturbateur, permet d’y accéder. La réalisatrice, dans le making-of, nous explique qu’elle voulait que ce soit la Musique qui soit au centre du film mais si tel avait été son objectif, l’image aurait dû s’abstraire, disparaître dans un écran noir pour laisser le spectateur devenir un auditeur ; cela aurait été osé mais novateur et l’objectif annoncé pleinement atteint. Mais qui oserait appliquer un tel principe, négation de l’image et du cinéma lui-même ? et pourtant, comme en musique, dans laquelle le silence est intégré comme une composante des oeuvres, l’écran noir, l’absence d’image (pendant un temps significatif) pourraient aussi, à des moments-clés, être intégrés dans le processus filmographique. Concilier la beauté d’un langage abstrait avec un art visuel aussi concret que celui de l’image cinématographique nécessite de la part du réalisateur et du scénariste autant d’inspiration, de force créatrice que celles du compositeur, sujet du film. Néanmoins, la scène centrale dans laquelle nous restons spectateurs et devenons, accessoirement, auditeurs est magnifiquement filmée et la plongée finale dans l’univers auditif de Beethoven est une jolie trouvaille. Certains reprocheront l’approche caricaturale du personnage de Beethoven mais il est souvent nécessaire de forcer le trait pour bien faire comprendre la psychologie d’un personnage, d’autant qu’au cinéma, le temps est compté et qu’il n’y a pas de place, d’un point de vue « commercial », pour de longs développements psychologiques au risque d’ennuyer le spectateur habitué à des rythmes plus soutenus. Un tel sujet filmé par Bergman aurait certainement eu une dimension très différente : plus intimiste, plus « psychologisante », plus musicale, tout simplement.

    En conclusion, un film à voir et, éventuellement, à revoir, ne serait-ce que pour visionner la magnifique scène centrale, point d’orgue du scénario, reconstituant la 1ère de la 9ème symphonie, et qui, sans sombrer dans le mélodrame, est un petit chef d’oeuvre d’émotion à la hauteur de la musique qu’elle sert.

copyingbeethoven7.jpg

Date de création : 27/09/2008 : 23:28
Dernière modification : 27/09/2008 : 23:57
Catégorie : La page musicale de Jean-Luc Delut
Page lue 1881 fois


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article


Réaction n°1 

par jji le 14/12/2008 : 18:15

Survolant votre article que je me promets de lire attentivement quand j'en aurai la disponibilité, je regrette pour notre cher Beethoven qu'il n'ait pas connu une élève/copiste avec les traits de Diane KRUGER. Cela lui aurait sûrement inspiré une 10°symphonie ou plus si affinités !

J.J.I



Arcs-en-ciel


Cliquer pour agrandir

Colonne Démocrite
democritemoreelsepetit.jpg
Recherche




Webmaster - Infos
Encore plus d'articles

Fermer Tandem on the Rocks

Fermer Le congrès de l'île de Reil

Fermer J.O : l'espace Winston Churchill

Fermer Grand concours d'architecture

Fermer notre arc-en-ciel quotidien

Fermer Musées du monde

Fermer Madones

Fermer Musée du monstre

Fermer Drôle de Musée

Fermer Les citrons de Mademoiselle µµ

Fermer Jeu collectif

Fermer Solution du Jeu collectif

Fermer Romulus et Rebus

Fermer Grand Jeu : un tableau dans le tableau

Fermer Solution du Grand Jeu : un tableau dans le tableau

Fermer Petit Jeu : echos

Fermer Solutions du Petit Jeu : echos

Fermer Le kiosque à musique

Fermer Culture pour tous

Fermer À la Vache folle et au Mouton qui tremble

Fermer ARE U DEAD

Fermer Esprit Faux

Fermer Voyage Aux Amériques

Fermer Voyage en Sinistrosie

Fermer Dossiers de presse

Fermer Le ciment du couple

Fermer Voeux

Traducteur Google
    
    
    
    
    
Échanges neuro-psychiatriques
Les conférences neuro-psy : introduction et programme

la XIe Journée : Croyance


Philippe Barrès : Croyance et savoir 15.I.2011

Michel Benoît : Croyances et suicide 15.I.2011

Dominique Pringuey : Croyances et délire 15.I.2011

Michel Borg : Egon Schiele (pdf) 15.I.2011

Saïd Bensakel : Diables et démons au cinéma 15.I.2011

Benoît Kullmann : Incrédulité 15.I.2011

la XIIe Journée : le Rêve 7.V.2011

Dominique Pringuey : Phénoménologie du rêve 7.5.2011

Faredj Cherik : Clinique du rêve
7.5.2011

Sandrine Louchard de la Chapelle :
7.5.2011

Patrick Amoyel : le rêve et la psychanalyse
7.5.2011

Conférence La part du rêve  le 7.V.2011 Nice

la XIIIe Journée : la pensée magique 8.X.2011

P.Martin Paris VI : L’effet placebo et nocebo du point de vue du pharmacologue

Michel Borg :
Vertus des plantes et maladie de Parkinson

Michel Benoît :
Effet placebo et traitement de la dépression

J.P. Cibiera :
Effet analgésique de l’Hypnose

Henri Daran :  
Pensée Magique ou histoire du réel ? Crises de la présence et pluralité des mondes

Patrick Amoyel :  Pensée Magique et Suggestion


la XIVe Journée : Neuropsychiatrie de la Volonté 4.II.2012

Benoît Kullmann : La Volonté : une faculté sans domicile fixe ? À propos de la décomposition de la Volonté. 

Philippe Barrès :
Troubles de la motivation : la ronde des concepts

Sandrine Louchart de la Chapelle :
Névrose obsessionnelle : une maladie de la Volonté

Bruno Giordana :
Le surhomme et les excès de la volonté maniaque : Fredéric Nietzsche et les antinomies existentielles

Patrick Amoyel :  la volonté, Spinoza, Freud, Lacan, le Vide et le Yin du rein chinois 

Éditions BKNeuroland
Éditions BKNeuroland



Le rivage des Sites
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
25 Abonnés
^ Haut ^